Vidéo associée: 

Pédophilie : l’Eglise a-t-elle sacrifé la vérité au profit de sa réputation ?

Corps: 

Le Vatican est systématiquement pointé du doigt à chaque fois qu'un scandale de pédophilie éclate, et il y en a eu tellement et de telle ampleur depuis 14 ans que même l'ONU a tiré la sonnette d'alarme.
En 2014, le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU publie un rapport accablant pour le Saint Siège, accusé d'avoir sacrifié la vérité pour la réputation de l'Eglise.

'Le Saint-Siège a adopté des politiques et des pratiques qui ont conduit à la poursuite des abus et à l'impunité de leurs auteurs affirme Kirsten Sandberg. Un autre problème est la loi du silence imposée par l'Eglise aux enfants et le fait que le signalement aux autorités nationales n'a jamais été rendue obligatoire.'

C'est exactement ce qu'avait révélé le scandale de Boston en 2002. Le cardinal archevêque Bernard Law avait dû démissioner. Il avait fermé les yeux devant les nombreux cas d'abus sexuels commis par des prêtres en toute impunité.

Même système en Irlande, révélé en 2009 apres 9 années d'enquête. Des milliers d'enfants ont été abusés sexuellement et physiquement pendant des décennies dans des institutions gérées par l'Eglise catholique. Selon le rapport d'enquête, le viol et les attouchements étaient 'endémiques' dans les centres accueillant des garçons.
John Kelly, l'une des victimes de ces abus témoigne de son soulagement :

'Ce document, cette enquête confirme les témoignages des victimes. Il mentionne l'endroit où les enfants ont été violés et sauvagement maltraités et les victimes ont ainsi le sentiment que justice a été rendue. Cela les réconforte un peu.'

" La prévention de la pédophilie s'apprend aussi des victimes " https://t.co/21BaPxAEiL- la-croix.com (@LaCroix) 12 avril 2016

En 2010, l'Eglise catholique allemande est à son tour rattrappée par des cas d'abus sexuels dans plusieurs institutions, des faits remontant aux années 1970. Et encore une fois, la hiérarchie est mal placée pour résoudre le problème selon les victimes, comme l'explique Norbert Denef, porte-parole de l'organisation 'Netzwerk B' :

'Vous avez vu les réactions, personne n'est coupable. 'Je n'assume aucune responsabilité' a déclaré Mgr Ackerman. Il a été nommé par l'Eglise, cela signifie que ceux qui sont responsables des crimes sont assis autour d'une table pour discuter de la façon d'avancer'.

Un reproche que le pape François a entendu car le scandale est double : des milliers d'enfants abusés et des dizaines d'évêques ayant préférés protéger leurs agresseurs. En juillet 2014, le pape s'excuse au nom de l'Eglise catholique :

'Je demande humblement pardon pour les péchés d'omission de la part des dirigeants de l'Église qui ne répondent pas de manière adéquat aux rapports d'abus faits par les membres des familles, ainsi que par les victimes d'abus elles-mêmes.'

Depuis, François a créé une nouvelle instance judiciaire pour juger selon le droit canon les évêques ayant couvert les abus sexuels des prêtres.

Lutter contre la #pédophilie : nouvelles mesures.Déclaration du conseil permanent de la CEF. https://t.co/BnbTV22m8O pic.twitter.com/loHvbEOTeC- Eglise Catholique (@Eglisecatho) April 12, 2016

#Pédophilie Une commission nationale d'expertise indépendante est mise en place. pic.twitter.com/TQBAkIGLO6- Eglise Catholique (@Eglisecatho) April 12, 2016

Partager cette vidéo :

Publié le 13/04/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité