Vidéo associée: 

Parité aux élections départementales : l'exemple du Tarn-et-Garonne

Corps: 

Dans le Tarn-et-Garonne comme ailleurs, lors des prochaines élections départementales, les citoyens voteront pour la première fois pour un binôme, composé d'un homme et d'une femme. A l'issue du second tour du scrutin, la moitié des sièges du conseil départemental sera donc occupé par des femmes.

Une nouveauté qui a motivé Monique Ferrero, la candidate divers droite dans le 12e canton du département : "Nous, femmes, on ne s'est peut-être pas assez imposées." Ces futurs changements provoquent quelques critiques de la part des élus masculins : "Ils ont beau ronchonner, moi je leur dis que cette loi, c'est leur faute", assure Dominique Sardeing-Rodriguez, la candidate de l'union de la gauche dans le 9e canton. "S'ils avaient fait un peu de place aux femmes pendant les 30 dernières années (...) Il n'y aurait pas eu besoin d'une loi qui ne fait pas dans la dentelle."

La parité a obligé les partis à convaincre un maximum de candidates sans étiquette pour remplir leurs listes. "Il y a une forme d'apprentissage pour ces femmes, on les accompagne, on fait du porte à porte...", explique Valérie Rabault, la première secrétaire fédérale du PS.

Ce changement ne plaît pas à tout le monde. "La parité se fait quand même dans l'autre sens, dans le secrétariat de ma mairie, il y a cinq femmes pour un homme", déclare pour sa part le vice-président du Conseil général, Jean-Paul Albert.

Un reportage de François Goulin

>> Élections départementales : notre dossier spécial

Partager cette vidéo :

Publié le 17/03/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI