Vidéo associée: 

Non aux frappes en Syrie : un revers pour Cameron

Corps: 

L’opposition syrienne, déçue après le vote du parlement britannique, croit malgré tout à la possibilité de frappes sur la Syrie. A Londres, jeudi soir, le parlement a refusé par 285 voix contre 272, une participation à des bombardements aériens, un revers pour le Premier ministre David Cameron :
“Je pense que l’opinion américaine et le président Obama comprendront, a réagi David Cameron. Nous devons entendre la décision du parlement, il a parlé. Et le parlement a clairement dit qu’il ne voulait pas d’une intervention militaire britannique donc nous allons suivre cet avis.”

Un revers pour Cameron, traditionnel allié de Washington, mais un soulagement pour l’opposition britannique :“Si la Grande-Bretagne s‘était engagé précipitamment dans la guerre, sur de mauvaises bases, sans travailler avec la communauté internationale, sans passer par les Nations Unies, a déclaré Ed Miliband, c’aurait été mauvais pour notre pays et mauvais pour le peuple syrien aussi. Nous devons tirer les leçons de l’Irak “.

En France, le président Hollande a déclaré que le vote des députés britanniques n’entamera en rien sa
détermination à agir en Syrie. Avant d’ajouter que l’hexagone ne prendra pas une décision avant
de disposer de tous les éléments justifiant une intervention.

Partager cette vidéo :

Publié le 30/08/2013
Publicité

Contenus sponsorisés