Vidéo associée: 

Migrants, Schengen, Brexit : l’Union européenne va-t-elle imploser ?

Corps: 

Beaucoup estiment que jamais depuis près de soixante ans, l'Union européenne n'avait traversé de crise aussi profonde. Peut-elle survivre à la menace d'un Brexit et à un risque grandissant de Grexit ?
La crise des migrants et le terrorisme mettent sous pression les frontières ouvertes au sein de l'espace Schengen et les Etats membres se divisent sur des valeurs démocratiques et sociales. A cela s'ajoute une reprise molle avec un chômage élevé. Les mouvements populistes en tirent profit, les électeurs doutant de l'efficacité des partis traditionnels.
Les Européens ont-ils trop tendance à prendre les réalisations de l'Union pour acquises ? Ou leur situation serait-elle meilleure si on rendait une totale souveraineté aux Etats ?

Parmi les invitées de ce débat, Sophie in't Veld, eurodéputée néerlandaise membre de l'Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe, ne veut pas croire à l'implosion de l'Union : 'Je suis optimiste parce que quand on voit d'où l'on vient, le fait qu'on ait décidé après deux guerres dévastatrices et après quarante-cinq ans de dictature communiste, de nous tendre la main les uns les autres et de nous choisir un destin commun, cela montre que nous les Européens, nous sommes capables de faire cela ; donc si on a pu le faire à l'époque, on peut le faire aujourd'hui,' assure-t-elle.

Great to hear Sophie in 't Veld MEP from D66 talking about the strengths of the EU #ldconf pic.twitter.com/OZK3TgNuA7- Ryan Lailvaux (@RyanLailvaux) 20. September 2015

Autre participant de notre émission, William Dartmouth)+DARTMOUTH_home.html, eurodéputé et nouveau vice-président du Parti eurosceptique britannique Ukip, estime qu'au contraire, l'Union est mal en point : 'L'establishment de l'Union a cherché à imposer un super-Etat fédéral européen sur les populations et les nations européennes sans consentement populaire. Cela se manifeste de deux manières, poursuit-il, l'euro a été imposé aux Etats et la Grèce ne peut pas se trouver dans la même zone monétaire que l'Allemagne.' Sur les grands défis mondiaux que doit relever l'Union : l'économie, les conflits en Syrie, en Libye, au Moyen-Orient, le changement climatique, les réfugiés, le terrorisme, l'eurodéputé assure qu''on peut certainement répondre à ces défis par le biais des Nations-Unies, du G8, du G20 et de nombreuses autres organisations internationales sans avoir un super-Etat européen.'

Life after #Brexit will be bright, speech from William Dartmouth. #UKIPSpring pic.twitter.com/iTu337jeaZ- Paul Chapman (@Paul_J_Chapman) 27 Février 2016

Enfin, Birgit Sippel, eurodéputée allemande issue des Socialistes et Démocrates et membre de la Commission parlementaire 'Libertés civiles, justice et affaires intérieures' voit d'un mauvais oeil, un déchirement de l'Union : 'Cela entraînera de la compétition entre les Etats membres dans le mauvais sens du terme et cela remettra en cause les règles minimales que nous avons.'
Par ailleurs, elle souligne le besoin d'Europe : 'Dans le village mondial dans lequel nous sommes, il nous faut des réponses mondiales. Un Etat membre ne peut relever tous ces défis tout seul, dit-elle. Il nous faut des réponses européennes et il n'y a que si on trouve des réponses européennes, qu'on pourra demander aux autres d'assumer leurs responsabilités,' conclut-elle.

We must act now
To save lives,
To save #Schengen,
To save Europe.https://t.co/VP7koh324s #EUWakeUp pic.twitter.com/a0IefPRnM8- S&D Group (@TheProgressives) 7 Mars 2016

Partager cette vidéo :

Publié le 10/03/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité