Vidéo associée: 

Luxe et art de vivre au Japon : une valeur sûre

Corps: 

Dans ce nouvel épisode de Focus Spécial Japon, nous nous intéressons à ce pays de tendances qui constitue le premier marché au monde de l'art de vivre et le troisième marché du luxe. Autant dire que les opportunités ne manquent pas pour les entreprises notamment européennes qui investissent sur place.

Commençons par nous rendre dans le quartier de Ginza, le temple du luxe à Tokyo. Une entreprise familiale autrichienne devenue groupe international s'est fait un nom dans le monde entier pour son travail du cristal. Présente au Japon depuis les années 70, elle y dispose désormais de 115 points de vente. La plus vaste et la plus récente de ses boutiques se situe à Ginza.

'Les Japonais sont dans un sens, plus classiques dans leurs choix, explique Vincent Nelias, directeur général de Swarovski Japon. Ils apprécient les design plus délicats : ils aiment bien sûr la mode et les tendances, mais les produits de bijouterie que nous vendons au Japon font plutôt partie de nos collections classiques,' souligne-t-il.

La manne touristique

Pour cette enseigne, comme d'ailleurs pour l'ensemble du secteur Premium et Luxe au Japon, l'un des défis consiste à faire face au boom touristique. Les Chinois par exemple étaient 2,5 millions en 2014. Leur nombre a doublé en 2015 tandis qu'il représentent une part substantielle de l'évolution du chiffres d'affaires du groupe spécialisé dans la bijouterie.

'Nous avons dû adapter notre service en boutique : nous avons des vendeurs qui parlent chinois, des best-sellers ou des collections spécifiques et nous avons aussi une manière spécifique de nous occuper d'eux en termes de rapidité de service et de présentation de collections, précise Vincent Nelias. Mais nous ne devons pas oublier les clients japonais, ajoute-t-il, ils représentent 90% de nos ventes au Japon : donc on s'assure de les accueillir avec la qualité de service la plus élevée possible.'

L'exceptionnel sens du service japonais

Dans ce secteur, peut-être encore plus que dans d'autres, si on veut réussir, il faut bien assimiler une notion importante dans le pays : l'Omotenashi, autrement dit : l'exceptionnel sens du service japonais, sans doute l'un des plus évolués au monde.' Il faut aussi bien comprendre certaines coutumes. Par exemple, si un créateur européen veut réussir sur ce marché, il faut qu'il fasse en sorte que ce soient les Japonais qui viennent le chercher. Et pour cela, il doit évidemment déjà avoir fait ses preuves sur son marché de base.

En outre, selon une spécialiste des tendances au Japon, il faut bien comprendre que l'état d'esprit général a beaucoup évolué depuis le séisme de 2011. 'Avant 2011, nous avons beaucoup consommé, fait remarquer Ako Enomoto, de chez DE A I Corporation. Mais en 2011, nous avons vraiment réalisé ce que nous avons perdu et [nous nous sommes demandés] ce qui est le plus précieux pour nous, indique-t-elle avant d'ajouter : donc, toutes les valeurs sont basées sur notre vie en famille et avec les amis.'

Exigence de qualité

Autre exemple à Osaka, une ville trépidante avec son ambiance absolument unique. C'est là qu'en 2012, un géant danois de la déco nordique a ouvert son premier magasin en Asie.

'Tokyo était un marché trop important, nous n'avions pas le droit à l'erreur et Osaka était l'endroit idéal pour faire un test, assure Hirotake Yamamoto, PDG de Flying Tiger Japan. Ensuite, nos produits sont assez funs et ce côté fun, les gens d'Osaka le comprennent très bien,' insiste-t-il.

Le test a tellement bien fonctionné que cette entreprise possède désormais 24 boutiques dans quatre villes du pays y compris Tokyo, l'idée étant d'ailleurs de doubler le nombre de magasins dans les années à venir. Il faut dire aussi que cette entreprise a été accompagnée et conseillée dans ses différentes démarches par l'Organisation japonaise du Commerce extérieur (JETRO).

Une origine européenne prisée

Du coup, elle possède désormais une bonne connaissance des spécificités du marché nippon. 'Sur ce marché, on a appris deux choses, résume Hirotake Yamamoto : tout d'abord, le marché japonais est un marché évolué et donc, l'exigence de qualité est très importante. Ensuite, il a fallu créer des produits spécifiques et les adapter aux besoins du marché japonais,' indique-t-il.

Luxe, art de vivre, raffinement : selon de nombreux experts, le marché japonais est considéré comme une valeur sûre et un investissement à long terme et l'origine européenne des produits dans ces secteurs demeure un véritable atout.

Partager cette vidéo :

Publié le 28/03/2016

Toutes les vidéos

08/12/2016

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité