Vidéo associée: 

L’ultimatum de l’armée égyptienne entame l’unité du camp islamiste

Corps: 

Alors que le président Morsi le rejette tout en promettant par téléphone à Barack Obama qu’il poursuit son projet de reconciliation nationale, six de ses ministres ont déjà jeté l‘éponge. Le chef de la diplomatie étant le dernier en date.

Pire, le principal parti salafiste Al Nur soutient désormais, comme le réclame l’opposition, une présidentielle anticipée pour éviter “une guerre civile”.

Néanmoins, une alliance de partis islamistes dont les Frères Musulmans, a dénoncé l’ingérence des forces armées : C’est une “agression à la légitimité du pouvoir, une utilisation par certains de l’armée qui pourrait conduire à un coup d’Etat contre les institutions élues et légitimes et la volonté du peuple”.

Les pro-Morsi eux ont manifesté pacifiquement : “Tous les gens présents ici sur la place Rabeea Adaweya ignore le discours du Conseil des forces armées parce qu’il ne concerne que la place Tahrir”, précise cet autre.

La situation était calme dans la capitale mais dans d’autres villes comme Suez, il y a eu des affrontements entre pro et anti Morsi selon des témoins locaux.

“Protéger la légitimité et un appel au calme, c’est le message des manifestants rassemblés ici, mais ils insistent pour que toutes les options restent ouvertes en fonction de l‘évolution de la crise”, selon notre correspondant au Caire, Mohammed Shaikhibrahim.

Partager cette vidéo :

Publié le 02/07/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages