Vidéo associée: 

L’UE révèle ses profondes fractures sur la crise migratoire

Corps: 

La réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur, qui s'est tenue lundi à Bruxelles, a surtout révélé les profondes fractures entre les pays membres sur la crise migratoire. Les positions se sont révélées trop éloignées entre d'un côté le couple franco-allemand et de l'autre plusieurs pays d'Europe centrale. Une rupture qui laisse de lourdes traces.
Dans ce débat le ministre allemand de l'Intérieur souhaite que tous les États fassent des efforts. Thomas de Maizière soutient d'ailleurs l'approche de la Commission européenne qui envisage de réduire les aides structurelles aux pays qui ne veulent pas participer à l'effort commun.
Si les ministres se sont mis d'accord sur la relocalisation de 40 000 réfugiés, une proposition faite avant l'été, ils ne se sont pas entendus sur un mécanisme obligatoire de répartition des demandeurs d'asile. Une impasse qui souligne les rapports de force entre les capitales. Pour Marc Pierini, chercheur pour le centre de réflexion Carnegie Europe, cette réunion a mis en lumière les rapports de force entre les États membres. " Nous avons l'Allemagne, à elle toute seule avec ses moyens financiers qui sont considérables. Vous avez ceux qui suivent l'Allemagne de plus ou moins près: la France, le Royaume-Uni etc mais ce sont déjà des chiffres beaucoup plus modestes. Et puis vous avez le front du refus la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne et le Danemark, tout ça avec des nuances. "
Face au blocage des ministres de l'Intérieur la chancelière allemande souhaite désormais la tenue d'un sommet européen d'ici la fin du mois pour essayer, une nouvelle fois, de trouver une issue commune à la crise migratoire.

Partager cette vidéo :

Publié le 15/09/2015
Publicité