Vidéo associée: 

L'UE et l'Afrique unis contre les passeurs

Corps: 

Lutter contre l'esclavage et le trafic d'êtres humains, c'est l'objectif de la force opérationnelle souhaitée par plusieurs pays européens et africains. La France, l'Allemagne, l'Italie mais aussi le Tchad, le Niger ou encore le Maroc disent vouloir participer à ce détachement. Pour le président du Conseil européen cette question est prioritaire. 'Je réitère mon appel à l'application des sanctions de l'ONU contre les passeurs et les trafiquants d'êtres humains', a souligné Donald Tusk lors du sommet entre l'Union européenne et l'Union africaine.

Trilateral meeting #EU - #AU - #UN with MoussaFaki_M</a> <a href="https://twitter.com/antonioguterres?ref_src=twsrc%5Etfw">antonioguterres JunckerEU</a> to reinforce joint action to help migrants in <a href="https://twitter.com/hashtag/Libya?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#Libya</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/AUEU?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#AUEU</a> <a href="https://t.co/lzcHrfKq2D">pic.twitter.com/lzcHrfKq2D</a></p>&mdash; Federica Mogherini (FedericaMog) 29 novembre 2017

Les pays d'Afrique sub-saharienne sont prêts à soutenir toutes les actions contre la traite de migrants. C'est d'ailleurs le but d'un mécanisme mis en place entre l'ONU et l'Union africaine. Ce dispositif doit 'permettre d'identifier les réseaux des passeurs, de sanctionner les passeurs, de punir les passeurs parce qu'il s'agit d'un crime contre l'humanité', précise le président du Niger, Mahamadou Issoufou.
Lors du 5e sommet entre l'Europe et l'Afrique plusieurs dirigeants n'ont pas hésité à décrire les centres de détention libyens comme des lieux où sont commis des crimes contre l'humanité. Les dirigeants et l'ONU ont promis d'aider le plus rapidement possible les migrants. Mais une solution au chaos politique en Libye nécessite une stratégie plus vaste de la part de la communauté internationale.

Partager cette vidéo :

Publié le 30/11/2017
Publicité

Contenus sponsorisés