Vidéo associée: 

L’opposition se prépare à marcher en mémoire de Boris Nemtsov

Corps: 

La marche hommage à Boris Nemtsov aura lieu cet après-midi, dans le centre de Moscou.
Les organisateurs estiment qu''une ligne rouge a été franchie' avec l'assassinat, vendredi du plus en vue des opposants du Kremlin.

La municipalité a autorisé cette marche pour un maximum de 50 000 personnes, mais les organisateurs estiment qu'elles pourraient être plus nombreuses à marcher le long de la Moscova.

Initialement, Boris Nemtsov avait prévu de manifester ce dimanche dans la banlieue Moscou.

Ce rassemblement n'était apparemment pas autorisé, et il devait dénoncer 'l'agression de Vladimir Poutine en Ukraine', comme Boris Nemtsov l'avait lui-même déclaré au micro de la radio Echo de Moscou quelques heures avant sa mort.

L'assassinat aurait été 'minutieusement préparé' selon la police.

Des images diffusées samedi soir sur la chaîne russe TVC et prises par une caméra de vidéosurveillance située à une grande distance du pont en hauteur montrent ce qui est présenté comme le déroulement de l'assassinat.

Au moment du meurtre, Nemtsov et sa compagne se trouvent toutefois cachés par un engin de déneigement, dans l'angle de la caméra. On peut ensuite apercevoir un individu, présenté comme étant l'assassin, courir vers la chaussée avant de monter dans une voiture de couleur claire qui l'attendait et de quitter les lieux.

Nemtsov a été tué de quatre balles reçues dans le dos. Sa compagne est physiquement indemne.

Les autorités ont annoncé étudier toutes les pistes : la piste islamiste, Boris Nemtsov, étant juif et ayant reçu des menaces à la suite de son soutien au journal satirique français Charlie Hebdo, la piste politique qui s'orienterait vers des ultra-nationalistes d'extrême droite et d'autres, mais en lien avec le conflit ukrainien.

Meurtres politiques

Plusieurs opposants ont été tués ces dernières années en Russie, notamment la militante des droits de l'homme Natalia Estemirova en Tchétchénie, l'avocat Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Babourova à Moscou, de même que la journaliste Anna Politkovskaïa.

Les exécutants ont parfois été arrêtés et condamnés, mais pas les commanditaires.

Partager cette vidéo :

Publié le 01/03/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI