Vidéo associée: 

L’ONU à nouveau en Syrie pour enquêter sur les armes chimiques

Corps: 

Une mission de l’ONU est de retour en Syrie pour enquêter sur les armes chimiques… Après leur enquête sur le massacre du 21 août, les experts doivent enquêter sur une dizaine d’autres cas d’utilisation présumée de produits toxiques… Mais toujours sans avoir à découvrir l’identité des auteurs de ces attaques.

Une visite dont se félicite en tous cas la Russie, qui accuse les rebelles et voudrait s’en tenir simplement à l’accord sur le désarmement du régime syrien.

“Je pense que toutes les parties qui se sont impliquées dans cet accord de Genève, déclare Alexei Pushkov, parlementaire russe, devraient se concentrer sur cet objectif, le désarmement chimique de la Syrie. Parce que parfois, quand on entend certaines déclarations américaines, on a le sentiment que les Etats-unis ne sont pas tellement intéressés par les armes chimiques en Syrie, mais plutôt qu’ils voient cela comme un à-côté de l’opération principale qui est de renverser Bachar el-Assad”.

Tout autre point de vue pour la diplomatie turque, rangée du côté des Etats-Unis et de la France :

Abdullah Gül, le président turc :
“Ce conflit n’a pas commencé avec l’utilisation d’armes chimiques, pas plus qu’il ne se terminera avec un accord pour les éliminer. L’accord sur la destruction de l’arsenal chimique syrien ne doit pas permettre au régime d‘éviter de rendre des comptes pour ses autres crimes”.

La Turquie, voisine de la Syrie, a accueilli des centaines de milliers de réfugiés syriens ces deux dernières années. En tout, plus de deux millions de personnes ont quitté la pays.

Partager cette vidéo :

Publié le 25/09/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI