Vidéo associée: 

L’Iran et l’Arabie Saoudite au bord du conflit

Corps: 

Les tensions entre l'Iran et l'Arabie Saoudite pourraient avoir des répercussions dans toute la région. Pour analyser plus en profondeur cette crise nous avons interrogé Ahmad Salamatian, ancien vice-ministre iranien des Affaires étrangères.

Euronews:
'Ahmad Salamatian cette crise va au-delà de la simple escalade diplomatique. Pensez-vous que l'Iran et l'Arabie Saoudite peuvent contrôler la situation?'

Ahmad Salamatian:
'Les tensions entre l'Iran et l'Arabie Saoudite dans la région ont atteint un tel niveau que cette situation pourrait être comparée à celles qui ont précédé les grands conflits du 20e siècle, comme la Première Guerre Mondiale.
C'est comme si les décideurs marchaient tels des somnambules vers une crise qui pourrait exploser au moindre petit incident comme une exécution ou un assassinat et qui entraînerait inexorablement une guerre entre les deux pays.'

Euronews:
'Qu'attendent justement les deux pays?'

Ahmad Salamatian:
'Cette crise est liée au leadership dans la région alors que les États de cette région sont eux-mêmes profondément ébranlés par le printemps arabe.
Dans cette situation, les gouvernements autocratiques et les dictatures sont remis en cause. A cette difficulté s'ajoute le fait que la crise entre l'Iran et l'Arabie Saoudite s'étend du Yémen à la Syrie, du Liban au Bahreïn et dans toute cette région vitale à l'échelle du globe.
Or ces deux puissances se voient, que cela soit intentionnel ou non, comme les représentants du leadership géostratégique, religieux et politique de la région. Dans cette situation très volatile le moindre incident peut devenir incontrôlable.'

Euronews:
'Quelles peuvent être les conséquences de ces tensions entre l'Iran et l'Arabie Saoudite sur la crise syrienne?'

Ahmad Salamatian:
'Si les tensions ne diminuent pas, toute conférence consacrée au conflit en Syrie tout calendrier ou toute résolution risquerait d'être nul et non avenu.
S'il n'y a pas un minimum d'entente entre l'Iran et l'Arabie Saoudite il n'y a pas de sortie de crise en Syrie, il n'est pas possible de battre le groupe État islamique, il n'est pas possible de réduire les combats au Yémen et il n'y a pas de moyen de prévenir d'autres conflits ailleurs dans la région. Il n'y aura pas non plus la possibilité de former un gouvernement au Liban.
Aujourd'hui la sûreté du Proche Orient ne se limite pas à ses frontières. La sûreté de l'Europe, celle des États-Unis ou encore celle de nombreux autres pays dans le monde est directement liée à cette région du Proche Orient.'

Partager cette vidéo :

Publié le 04/01/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages