Vidéo associée: 

Publié le 02/06/2017

Lincendie du casino de Manille nest pas terroriste

Corps: 

Les autorités philippines écartent la piste terroriste après l'incendie d'un Casino qui a coûté la vie à au moins 36 personnes à Manille jeudi soir.

Peu après minuit, un homme a tiré à l'arme automatique dans les allées du Resorts World Manila, l'un des principaux complexes hôteliers du pays, avant de mettre le feu à des tables de jeu. Il s'est ensuite suicidé en s'immolant par les flammes dans une chambre de l'hôtel.

La police a diffusé une photo de l'auteur présumé, qu'elle qualifie de 'cambrioleur souffrant de troubles psychologiques', sans exclure qu'il soit étranger, évoquant sa grande taille, sa peau blanche et le fait qu'il se soit exprimé en anglais. D'après les policiers, il avait dans son sac à dos plus de deux millions d'euros de jetons volés. Un suspect est activement recherché.

Pourtant dans la soirée le groupe Etat islamique avait revendiqué l'attaque sur internet, selon le groupe américain de surveillance des sites djihadistes SITE.

'Ils peuvent déclarer ce qu'ils veulent, déverser leur propagande, attirer le regard du monde, mais en ce qui concerne l'enquête de police, nous ne pouvons pas déclarer qu'il s'agit d'un attentat terroriste, ni même d'une attaque en lien avec le terrorisme : il n'a voulu blesser personne, il n'a tiré sur personne, il n'a rien fait exploser', a assuré devant les journalistes Ronald Dela Rosa, le directeur de la police nationale philippine.

La piste terroriste avait rapidement été privilégiée par de nombreux médias qui se basaient notamment sur les affirmations de SITE. De plus, les faits ont eu lieu alors que des combats font rage dans le sud du pays entre l'armée philippine et des milices islamistes liées à Daech.

Les services d'urgences de Manille assurent n'avoir traité que des personnes étouffées par l'épaisse fumée, ce qui vise à confirmer la thèse de la police.

Une cinquantaine de personnes ont été hospitalisées.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet