Vidéo associée: 

Libération de Timochenko : l’UE fait pression sur l’Ukraine

Corps: 

Les ministres suédois et polonais des Affaires étrangères ont rencontré ce mardi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Au menu des discussions : le sort de l’opposante Ioulia Timochenko.

“Ce n’est plus l’heure de bluffer. C’est l’heure d’agir maintenant”, a déclaré Radoslaw Sikorski, ministre polonais des Affaires étrangères, à l’issue de l’entretien.

“Je ne vais pas commenter les détails, nous attendons leur
décision finale, jusqu’ici ils ne répondent pas aux attentes de l’Union, nous verrons si cela change”, a de son côté affirmé Carl Bidt, ministre suédois des Affaires étrangères.

La semaine dernière, le parti au pouvoir en Ukraine a soumis au Parlement un projet de loi qui permettrait à Ioulia Timochenko d’aller se soigner à l‘étranger, avant de revenir pour purger sa peine.

Une mesure jugée insuffisante par Bruxelles, qui prévient : il n’y aura pas de rapprochement avec l’Ukraine sans libération de Ioulia Timochenko.

“Même si Ioulia Timochenko acceptait cela, l’Union européenne ne laisserait pas faire. Car la condition sine qua non de Bruxelles, c’est la fin de la persécution, et non pas une demi mesure”, estime Arseniy Yatsenyuk, leader du parti d’opposition ukrainien Batkivschyna.

Pour l’Ukraine, le temps est compté, car le pays espère signer un accord d’association avec l’UE lors d’un sommet prévu les 28 et 29 novembre prochain.

Ioulia Timochenko a été condamnée en 2011 à sept ans de prison pour abus de pouvoir.

Partager cette vidéo :

Publié le 22/10/2013