Vidéo associée: 

L’Espagne à la recherche d’une majorité

Corps: 

Le parti anti-austérité Podemos de Pablo Iglesias risque fort dimanche de dépasser le vieux parti socialiste espagnol du PSOE.

Le jeune leader de 37 ans, que les électeurs surnomment 'queue de cheval' (el coletas), s'est allié aux anciens communistes et les sondages donnent son parti en deuxième place des élections législatives de dimanche.

'Nous sommes à deux doigts de passer devant le Parti populaire aux élections' dit il. 'Et ils sont très inquiets de ce que cela implique.'

Comme aux dernières élections de décembre, le parti populaire est emmené par le Premier ministre sortant Mariano Rajoy. Cette fois encore le PP devrait sortir en première place et sans majorité absolue.

À quelques jours du scrutin, Mariano Rojoy regrette que les socialistes excluent par principe de gouverner avec le PP.

'Le refus de négocier est la preuve de la faiblesse de celui qui n'ose parler et trouver un accord celui qui lui fait face et qui est différent' critique Mariano Rojoy.

À la tête du parti socialiste, Pedro Sanchez non seulement refuse une alliance de gouvernement avec le PP mais ne veut pas non plus soutenir Podemos à qui il reproche d'avoir promis aux Catalans un referedum d'autodétermination.

Et de leur côté, les libéraux de Ciudadanos se voient déjà faiseurs de roi et le leader du parti, Albert Rivera, n'exclut pas une alliance avec les uns où les autres, faisant valoir que son parti en a déjà l'expérience au niveau local.

C'est faute d'un accord pour former une majorité à l'issue des législatives du 15 décembre dernier que les élections ont lieu ce dimanche.

En six mois, le rapport de force a changé et, pour la première fois depuis la mort de Franco, les socialistes espagnols pourraient être relégué à la troisième place de l'échiquier politique du pays.

Partager cette vidéo :

Publié le 22/06/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité