Vidéo associée: 

Les Gazaouis étaient sans illusions sur la “trêve”

Corps: 

Les Palestiniens de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, ont profité des quelques heures d'accalmie ce vendredi matin pour aller enterrer leurs morts, soigner les blessés et tenter de regagner leurs maisons... lorsque celles-ci n'ont pas été entièrement détruites.

' Où pouvons-nous aller ? s'interroge une femme. Soit nous serons transférés vers une école ou dans la rue, soit ils peuvent nous trouver une tente. Il nous faut une solution, où allons-nous vivre ?'

Dans la ville de Gaza, une école des Nations Unies accueille des réfugiés. 230 000 personnes déplacées seraient abritées dans les 85 centres du territoire.

'La trêve permet à chacun de nous de nous déplacer, d'aller voir l'état de sa maison, de sa terre, d'aller visiter les blessés, d'aller voir les martyrs ' témoigne un homme.

Avant même qu'elle ne soit rompue, la trêve ne suscitait que peu d'illusions chez les Gazaouis. Une femme explique : 'Je n'ai pas confiance en cette trêve. La dernière fois, ils ont dit qu'il y en avait une mais ils ont commencé à bombarder, avant que nous sortions de Chedjaaya , ils nous ont tiré dessus, et nous nous sommes enfuis.'

Depuis le 8 juillet, le conflit dans la bande de Gaza a coûté la vie à près de 1 500 Palestiniens dont au moins 240 enfants selon l'Unicef.

Partager cette vidéo :

Publié le 01/08/2014

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI