Vidéo associée: 

Les frondeurs : "Des idéologues aux visions tacticiennes" pour Jean-Marie Le Guen

Corps: 

Invité de Politique Matin mercredi, Jean-Marie Le Guen est revenu sur la journée d'hier qui a vu le gouvernement se saisir de l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron.

Frondeurs : "Des idéologues aux visions tacticiennes"

Le secrétaire d'État en charge des relations avec le Parlement assure qu'il y avait "une majorité forte" hier, mais que le gouvernement ne pouvait pas prendre le risque de voir par exemple des parlementaires "arriver en retard" pour ne pas le voter : "on a préféré prendre des précautions, explique le ministre. On ne va pas jouer à la roulette russe quand il s'agit de l'avenir économique du pays". Interrogé sur les frondeurs, en partie responsables de cette situation, il critique vivement des "idéologues" et des visions "tacticiennes" à la veille d'un congrès et des départementales. Et le secrétaire d'État d'être très sévère envers leur contribution au débat parlementaire : "Ils sont arrivés au dernier moment, avec des préjugés, avec des positions un peu tacticiennes ils sont venus se substituer au travail parlementaire" dénonce Jean-Marie Le Guen qui n'hésite pas à parler de "travail pollué".

Le secrétaire d'État évoque le contexte politique pour évoquer ces tensions au sein de la majorité : "On est à la veille d'un congrès et des départementales, cela crée de l'émotion mal placée", analyse l'élu parisien.

"Les frondeurs n'ont qu'une capacité de nuisance"

Et de s'adresser plus directement aux frondeurs : "Ils veulent quoi ? Ils vont où ? Quelle est l'alternative ? C'est pas eux l'alternative, ils n'ont qu'une capacité de nuisance"

Parti communiste pour la motion de censure : "on en revient au sectarisme des années 1930"

A propos du parti communiste qui pourrait voter "pour" la motion de censure déposée par l'UMP et l'UDI, il regrette "des choses qui ne se sont pas vues depuis 80 ans, on en revient au sectarisme des années 1930" explique le ministre qui rappelle les "3%" du candidat communiste dans le Doubs.

Le ministre assume totalement ses propos sur la gauche de la gauche : "Il faut dire la vérité. Je ne suis pas là pour dire "tout va bien"

Partager cette vidéo :

Publié le 18/02/2015

Toutes les vidéos

20/09/2017

À DÉCOUVRIR AUSSI