Vidéo associée: 

Legends of Space episode 4: The Space Shuttle

Corps: 

La Navette spatiale de NASA est l'un des vaisseaux spatiaux le plus iconique du 20e siècle, une machine qui a défini l'ère post-Apollo, annonçant une nouvelle étape dans la technologie spatiale réutilisable. La première à voler fut la navette Columbia, le 12 avril 1981, continuant à offrir à l'humanité un véhicule orbital unique jusqu'à sa retraite, le 21 juillet 2011.

L'astronaute d'ESA Claude Nicollier a volé à bord de la Navette quatre fois de 1992 à 1999 et se rappelle lorsque, regardant pour la première fois sa forme asymétrique, il s'est demandé: ' Ouah, cela va-t-il vraiment marcher?'.

Se rappelant du lancement, il a dit à Euronews: 'Cela a pris environ huit minutes et demie pour arriver en orbite.'
'C'était un sacré moment, particulièrement la première phase du décollage, avec beaucoup de tremblements. Après la séparation des boosters, puis la séparation des propulseurs, avec ces énormes flammes... A chaque seconde vous ajoutiez 30 mètres par seconde à votre vitesse et ceci pendant une minute et demie, pour atteindre 28,000 kilomètres à l'heure.'

'A chaque seconde vous ajoutiez 30 mètres par seconde à votre vitesse et ceci pendant une minute et demie, pour atteindre 28,000 kilomètres à l'heure.'
'Ensuite le moteur principal se coupe et ensuite vous passez d'une vitesse de 3G à Zéro G en environ une seconde et demie... Ce fut impressionnant, en particulier la toute première fois que cela vous arrive.'

La Navette a été équipé d'une soute dans laquelle les satellites pouvaient être rabattus par le Canadarm, l'outil robotisé, puis attrapés, réparés et relancés.

'La capacité d'intervention de la Navette était vraiment remarquable - vous pouviez vous retrouver avec un satellite, le prendre avec un bras robotisé, le mettre dans la soute, et le ramener sur Terre.'

La Navette avait une approche unique pour rentrer sur Terre. Elle commençait par voler en marche arrière, utilisant ses freins-moteurs dans l'atmosphère supérieure, avant de se retourner afin de pouvoir glisser sur le sol. 'Pour rentrer dans l'atmosphère sur cette orbite elliptique, nous avons dû prendre l'orientation appropriée, qui était de 40 degrés, le nez en haut' dit Nicoller.

_'Pour rentrer dans l'atmosphère sur cette orbite elliptique nous avons dû prendre l'orientation appropriée, qui était de 40 degrés, le nez en haut,' dit Nicoller. 'Tout de suite après que avoir passé le Mach 1, le commandant a pris le contrôle et il a volé entièrement manuellement.'
_
'Géant ! Pour un pilote, c'était un rêve, un vrai rêve' dit-il en souriant.

Partager cette vidéo :

Publié le 21/04/2017