Vidéo associée: 

Le Royaume-Uni et l’Ecosse en lutte pour le pétrole de la mer du Nord

Corps: 

Sept mois avant le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, la campagne électorale se focalise sur le pétrole.
Le Premier ministre britannique David Cameron s’est rendu sur une plate-forme pétrolière en mer du Nord. Pour lui, le Royaume-Uni est le mieux placé pour mettre en place les ambitieuses réformes du secteur, préconisées par un rapport publié ce lundi :

“Je pense que c’est un argument très fort pour le Royaume-Uni, les larges épaules de l’une des 10 économies mondiales sont là pour soutenir cette industrie et nous continuerons à la soutenir pour en tirer le maximum de bénéfices pour le Royaume-Uni et donc pour l’Ecosse. Nous pouvons nous permettre de financer les déductions fiscales, les investissements et des structures à long-terme, et ce sera bon pour tout le monde”.

Juste après cette visite, David Cameron a présidé le Conseil des ministres à Aberdeen, port pétrolier écossais, pour intensifier sa campagne contre l’indépendance de la région. Un symbole fort, c’est seulement la troisième fois en un siècle, que le gouvernement britannique se réunit en Ecosse.

Illustration du fossé aui sépare les autorités britanniques et écossaises, au même moment, à une dizaine de kilomètres de là, le Premier ministre écossais Alex Salmond réunissait son cabinet et relativisait le poids de cette manne pétrolière :

“Sans la production de pétrole, le PIB par habitant, est pratiquement le même que celui du Royaume-Uni. En en tenant compte, le PIB est 20% plus élevé. Donc dans tous les cas, l‘économie écossaise est substantielle. Et le pétrole et le gaz devraient être vus comme des bonus et gérés dans le cadre d’une politique à long-terme.”

Mais c’est un argument qui ne convainc pas. Aujourd’hui 37% des Ecossais comptent voter “oui” au référendum du 18 septembre. 49% sont contre l’indépendance de l’Ecosse.

Le partage des ressources pétrolières est au centre du débat sur l’indépendance de l’Ecosse. Ce secteur a généré 7 milliards d’euros de revenus en 2012-2013.
Mais les profits sont en baisse.

Les champs pétroliers et gaziers en Ecosse s‘épuisent, la production s’est effondrée de 50% ces dix dernières années, et les dernières réserves sont de plus en plus difficiles à exploiter.

Partager cette vidéo :

Publié le 25/02/2014

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité