Vidéo associée: 

Le rapprochement UE-Ukraine suspendu à la libération de Ioulia Timochenko

Corps: 

Pas de rapprochement avec l’Ukraine sans libération de l’opposante Ioulia Timochenko : c’est le message adressé à Kiev par les 28 ministres des affaires étrangères de l’Union européenne, réunis ce lundi à Luxembourg. Il y a urgence : la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union est prévue le 28 novembre.

“Nous voulons que l’Ukraine continue sa marche vers l’Union européenne. Cependant, il lui faut remplir certaines conditions. Il est tout particulièrement important que Kiev fasse prévaloir le droit et lutte contre la justice sélective de façon vérifiable et crédible,” a expliqué le ministre allemand des affaires étrangères, Guido Westerwelle.

Une position appuyée par Catherine Ashton. Pour la chef de la diplomatie européenne, au-delà du seul cas Timochenko, Kiev doit en finir une fois pour toute avec la “justice sélective”.

“Kiev doit en faire la clé de sa démarche pour une relation plus forte avec l’Union européenne. Cela veut dire qu’il lui faut se pencher sur les cas individuels et trouver une façon appropriée de rectifier les injustices au besoin,” a-t-elle martelé.

Ioulia Timochenko a été condamnée à sept ans de prison en 2011 pour abus de pouvoir. Sous la pression de Bruxelles, Kiev devrait autoriser l’ex-première ministre à se faire soigner en Allemagne, mais laisse entendre qu’elle devra revenir purger sa peine une fois son traitement terminé.

Partager cette vidéo :

Publié le 22/10/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité