Vidéo associée: 

Le rachat de dettes publiques européennes ne suffit pas selon le patron de la Banque mondiale

Corps: 

L'assouplissement quantitatif annoncé par la Banque centrale européenne (BCE), est une mesure nécessaire mais pas suffisante selon le patron de la Banque mondiale Jim Yong Kim.

Médecin de formation devenu président de l'université de Darmouth aux Etats-Unis, Jim Yong Kim est le 12ème président de la Banque mondiale.

Il a été nommé en 2012 pour un mandat de cinq ans, succédant à Robert Zoellick. S'il a été désigné à l'issue d'une élection, une première au sein de l'institution internationale, il restait le candidat de Washington.

Né à Séoul en 1959, en Corée du Sud, Jim Yong Kim avait cinq ans lorsque sa famille s'est installée aux Etats-Unis.

Il estime en effet que les pays tels que la Grèce, l'Italie, l'Espagne, et le Portugal doivent par ailleurs accélérer leur programme de réformes et saisir l'opportunité des prix historiquement bas du pétrole.

Il aborde également la situation en Europe centrale et de l'Est où de nombreux pays sont indirectement affectés par le conflit en Ukraine ; l'épidémie du virus Ebola et la vigilance qui devrait en découler ; il évoque enfin la perception qu'ont certains pays émergents de la Banque, la sollicitant parfois davantage pour son expertise... que pour ses fonds.

Partager cette vidéo :

Publié le 24/01/2015
Publicité

Contenus sponsorisés