Vidéo associée: 

Publié le 13/06/2018

La "République de Macédoine du Nord" est loin d'être actée

Corps: 

"Un accord Historique". C'est en ces termes que le Premier ministre grec Alexis Tsipras et son homologue macédonien Zoran Zaev ont salué l'entente conclue sur le nom à donner à la Macédoine. Fini l'acronyme "ARYM" ou "FYROM" pour désigner l'ex-République yougoslave de Macédoine, place désormais à la "République de Macédoine du Nord".

Les Macédoniens, citoyens de Macédoine du Nord

L'accord stipule que le nouveau nom doit être utilisé par Skopje sur le plan international et national. Les citoyens seront désignés sur leurs documents de voyage comme Macédoniens-citoyens de Macédoine du Nord. Quant à la langue, elle continuera à porter le nom de macédonien, avec la précision, entre guillemets, qu'elle "appartient à la famille des langues slaves du sud".

Athènes se félicite d'un accord, qui garantit la distinction entre ce pays frontalier et sa région septentrionale. L'héritage de la civilisation antique de Macédoine ne pourra pas non plus être revendiqué par Skopje.

Le président macédonien opposé à l'accord

Le texte va désormais passer devant le Parlement, qui doit approuver ou non la révision de la Constitution. L'étape est capitale car, en cas de rejet, le gouvernement grec a prévenu qu'il maintiendra son veto à l'adhésion de Skopje à l'Union européenne et à l'OTAN.

En revanche, si l'accord est adopté, le gouvernement macédonien pourrait être invité à la fin du mois au sommet européen afin d'entamer les négociations d'adhésion à l'UE. Et ce n'est pas tout, il sera également soumis à l'automne à un référendum. Et l'accord est loin de faire l'unanimité : le président macédonien, a d'ores et déjà annoncé qu'il n'allait pas le signer.

La route est donc encore longue avant que le pays ne prenne officiellement le nom de "République de Macédoine du Nord", en macédonien "Severna Makedonja".

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet