Vidéo associée: 

La pression monte dans les rues de Thaïlande

Corps: 

En Thaïlande, l’opposition et les forces de l’ordre se sont affrontées à coups de canons à eau et de jets de cocktails Molotov, ce lundi, devant le siège du gouvernement.

Un mandat d’arrêt pour insurrection a été émis à l’encontre de Suthep Thaugsuban, le leader de la contestation, qui avait rencontré la chef du gouvernement ce dimanche.

Yingluck Shinawatra a refusé de démissionner mais s’est dit prête à négocier.

Les opposants lui reprochent d‘être la marionnette de son frère Thaksin Shinawatra, renversé par l’armée en 2006. Il est depuis en exil à Dubaï.

“Nous ne voulons pas de violence. Donc, soyez assurés que nous ne ferons pas usage de violences parce que c’est un écueil du passé. Nous ne voulons pas le reproduire. C’est pour cela que nous ouvrons les portes du dialogue”, a déclaré la Première ministre.

Et pourtant, la police a reconnu avoir tiré des balles en caoutchouc. Plusieurs manifestants auraient été blessés. Pour apaiser la situation, Yingluck Shinawatra a émis l’hypothèse d’une possible dissolution du parlement.

“Ce que nous voulons, c’est réformer la Thaïlande”, dit une manifestante. “Dissoudre le parlement, ce n’est pas la solution. Au point où on en est, on veut vraiment réformer ce pays”.

L’armée, elle, préfère pour l’instant rester en retrait. La Thaïlande connait sa plus grave crise politique depuis 2010. A l‘époque, les rôles étaient inversés. Les actuels partisans du pouvoir, les chemises rouges, demandaient la démission du gouvernement.

Partager cette vidéo :

Publié le 02/12/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité