Vidéo associée: 

La Hongrie durcit la législation sur les sans-abri

Corps: 

En Hongrie, l’hiver risque d‘être encore plus rude que d’habitude pour les SDF. Depuis quelques jours les municipalités de ce pays peuvent chasser des zones urbaines de leur choix les sans domicile fixe. Ceux qui refuseraient de quitter les zones délimitées s’exposent à des condamnations à des travaux d’intérêt général, des amendes, voire la prison en cas de récidive.

La loi, à l’initiative du gouvernement conservateur de Viktor Orban, a été approuvée le 30 septembre, ce qui a requis un changement préalable de la Constitution hongroise en mars dernier.

Voici l’argument du gouvernement : “Nous avons créé 700 places d’hébergement à Budapest, nous aimerions accueillir tous les sans-abri sous un toit. Alors que sous le gouvernement socialiste précédent des centaines de sans-abri sont morts de froid dans les rues, l’an dernier il n’y a eu qu’un décès, ce qui est bien sûr déjà trop. “

Arpad Kardos est sans domicile fixe. Il dit ne pas être pas au courant de la nouvelle loi. Comme beaucoup d’autres SDF, il va continuer à vivre dans la rue, comme il le fait depuis 20 ans:
“Dans les centres d’hébergement, c’est le bazar, c’est incroyable. Vous n’osez tout simplement pas aller dans les centres, il y a des gens qui vous frappent,qui vous menacent ou qui vous volent… “explique-t-il.

La Hongrie compte entre 30 000 et 50 000 SDF, dont plus de 4 000 à Budapest, pour une population de deux millions de personnes. Le gouvernement du Fidesz assure que les fonds pour agrandir les centres ont été augmentés, mais les associations disent qu’ils sont mal entretenus et que la loi ne réglera pas le problème.

Rita Bence, association TASZ : «Les droits de l’homme doivent être respectés. Avec cette loi, le gouvernement essaie de cacher le problème, faire en sorte que la population des sans-abri disparaisse… Les politiciens ne résolvent pas le problème comme ça, ils ne font que le renforcer .”

Selon les experts, cette loi ne constitue pas une vraie solution au problème. Mais personne ne s’entend sur une autre alternative.

Partager cette vidéo :

Publié le 09/10/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

22/08/2017
22/08/2017

Pages