Vidéo associée: 

La flamme des supporters belges rallumée par les Diables rouges

Corps: 

C‘était vendredi dernier. L‘équipe belge se qualifiait pour le Mondial 2014 au Brésil, son premier Mondial après une traversée du désert de près de 12 ans. La Belgique se prend maintenant à rêver de la Coupe et beaucoup de ses joueurs évoluent dans les meilleurs clubs européens. Mais on a rien sans rien. Les talents d’aujourd’hui sont le fruit d’une remise à plat de la façon de former les jeunes il y a des années.
Michel Sablon, ancien directeur technique de l’Union belge de football, avait alors embauché des experts pour trouver la méthode salvatrice :

“ Avant, on jouait à 11 contre 11. On a fait des analyses. Les joueurs ne touchaient pas la balle, ils couraient sans plaisir. Donc on a modifié les formes de jeu : cinq contre cinq jusque sept ans, huit contre huit jusque 10 ans, et puis 11 contre 11. “

Sablon et ses sherpas ont alors édité un guide et fait le tour de la Belgique pour convaincre tous les clubs et toutes les écoles de faire jouer les jeunes sur ce modèle. Moins de pression mais plus d’accent sur les compétences de base et un schéma bien rodé depuis.

“ Pourquoi 4-3-3 ? Pour ocuper les différentes positions, pour former les joueurs sur les ailes, pour former les jeunes qui jouent sur une ligne derrière, pour les améliorer au niveau de la distribution du jeu, les positions tactiques dans l’entre-jeu, donc tout ça avait ses raisons. Ca a pris 10 ans mais c’est pas par hasard que tous ces jeunes suivent maintenant. Y’a pas que l‘élite qui joue en équipe A “, explique Sablon.

Mais alors, le modèle belge peut-il être exporté et permettre aux fédérations nationales de puiser dans leur vivier plutôt qu‘à l‘étranger ?

“ Limiter le nombre d‘étrangers dans un championnat, c’est un beau débat, c’est vrai, mais je crois qu’il faudrait peut-être revoir en-dessous aussi, dans la formation des jeunes joueurs, si là on ne peut pas travailler vraiment avec des joueurs par exemple en Belgique des Belges, en Angleterre des Anglais etc et ne pas aller chercher trop d‘étrangers trop jeunes “, explique Johan Walem, chargé des moins de 21 ans.

En tout cas, les Diables rouges sont, eux, prêts à s’envoler vers de nouveaux sommets. Gare toutefois à ménager l’atterrissage.

Partager cette vidéo :

Publié le 17/10/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité