Vidéo associée: 

La crise de l’audiovisuel grec se mue en crise de gouvernance

Corps: 

Les discussions hier soir entre le Premier ministre et ses deux alliés de coalition du PASOK et de la gauche modérée n’ont rien donné.

Antonis Samaras peine à sortir de l’impasse qu’il a lui même crée en fermant unilatéralement l‘émetteur ERT le 11 juin dernier sans préavis ni discussion pour des raisons budgétaires. Mais le conseil d’Etat a condamné cette décision et ordonnée une réouverture temporaire.

“Il s’agissait de la deuxième réunion infructueuse entre les dirigeants de la coalition. Bien que le résultat ne soit pas clair, les discussions montrent que le problème majeur n’est pas celui de l’avenir du radiodiffuseur public mais l’avenir de la coalition. Une nouvelle réunion est prévue ce soir pour tenter de tout démêler”, explique notre correspondant à Athènes, Stamatis Giannisis.

Au siège de l’ERT, la radiotélévision publique, la mobilisation ne faiblit pas. Hier, il y avait encore 2000 personnes pour dénoncer la fermeture des émetteurs et la perte de 2700 emplois. Un mouvement activement soutenu par Alexis Tsipras. Le dirigeant de l’opposition et de la gauche radicale qui exige la démission du gouvernement et des nouvelles élections.

Partager cette vidéo :

Publié le 20/06/2013
Publicité

Contenus sponsorisés