Vidéo associée: 

Publié le 22/04/2016

Komlóska, paradis fiscal hongrois

Corps: 

C'est un petit coin de paradis... fiscal. Komlóska, village prospère de 300 âmes niché dans le nord-est de la Hongrie, fait figure d'exception dans cette région sinistrée, laminée par le chômage.

Son secret : il y a cinq ans, au bord de l'étranglement, son maire, László Köteles, a décidé de supprimer tous les impôts locaux, y compris sur les entreprises. 'Puisqu'il n'y avait pas d'entreprises locales, nous avons décidé de supprimer ces taxes, celles collectées par les administrations locales, pour encourager les gens à monter leur propre affaire, leur propre entreprise,' explique-t-il.

A grand renfort de communication, l'effet ne s'est pas fait attendre : 117 sociétés, hongroises et européennes, y sont aujourd'hui domiciliées, des groupes de transport pour la plupart, celui de Róbert Fekete, Fókusz Logistics, notamment. Il explique son choix ainsi : 'de toutes les taxes, la taxe locale sur les sociétés est une des plus lourdes pour une entreprise de logistique internationale, parce qu'elle s'élève à 2% du chiffre d'affaires. Nous avons un chiffre d'affaires d'environ 1 million d'euros. Maintenant nous pouvons investir 2% de ce montant dans notre développement.'

Et c'est aussi tout bénéfice pour le village : en effet, 40% des taxes collectées par l'Etat sur les camions sont reversées à la commune où se trouve le siège de la société. L'an dernier, Komlóska a ainsi récolté l'équivalent de 420.000 euros par ce biais.

'Je pense que le grand gagnant dans l'histoire, c'est l'Etat,' estime le maire, '_ parce que la plupart des bénéfices vont à l'Etat. Nos entreprises donnent du travail à plus de 3.000 personnes, nos camions ont des plaques hongroises, ils paient leurs assurances en Hongrie._' Et elles versent bien sûr l'impôt national sur les sociétés qui s'élève à 19% du chiffre d'affaires en Hongrie.

Le village peut désormais financer la contribution obligatoire pour accéder aux programmes d'aide européens. Aujourd'hui, il produit des jus de fruits et des sirops, a sa propre ferme et cultive assez de légumes pour subvenir aux besoins de sa population.

'Il n'y a pas de réseau mobile ici, impossible d'utiliser un portable, nous explique notre correspondante, Beatrix Asboth. '_Mais cela n'empêche pas le village de se développer. Le maire assure qu'il suffit de volonté, de coopération et de remporter les appels d'offre de l'Union européenne.'

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet