Vidéo associée: 

Kiev affirme gagner du terrain et se rapprocher du site du crash du vol Mh17

Corps: 

Le président ukrainien Porochenko l'a confirmé aux ministres néerlandais et australien des Affaires étrangères. Les deux chefs de la diplomatie ont discuté de la possibilité de laisser les policiers de leurs pays porter des armes dans la zone du crash, mais le déploiement d'une telle mission requiert le feu vert du Parlement ukrainien, qui devra se prononcer jeudi à huis clos.

Onze jours après le drame, l'ONU a réclamé une enquête 'rapide, minutieuse, efficace et indépendante' sur la destruction du Boeing de Malaysia Airlines qui a fait 298 morts. L'avion a été abattu et selon les Nations Unies, cela s'apparente à 'un crime de guerre'.

Les intenses combats ont empêché jusqu'à présent les experts néerlandais et malaisiens d'accéder aux débris de l'appareil, mais le chef de la mission chargée de récupérer les dépouilles des victimes du vol MH17 se veut confiant :

'Ce mardi, la recherche des victimes sera notre priorité. Si les experts trouvent les restes, ils seront récupérés immédiatement. Nous utiliserons un wagon de train frigorifique près de Torez. Si le train est inaccessible pour une raison quelconque, nous organiserons d'autres modes de transport', explique Pieter Jaap Aalbersberg.

Le convoi des observateurs de l'OSCE a dû rebrousser chemin en raison des combats entre les forces ukrainiennes et les insurgés pro-russes. Ces derniers tiennent des points stratégiques et contrôlent une partie des lieux du drame.

Selon l'ONU, qui a dénoncé l'utilisation d'armes lourdes des deux côtés, les combats ont fait plus de 1.110 morts en plus de trois mois.

Partager cette vidéo :

Publié le 29/07/2014

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI