Vidéo associée: 

Kiev a commencé le retrait de ses armes lourdes dans l’Est, mais les tensions perdurent

Corps: 

L'État-major de l'armée ukrainienne a précisé qu'il s'agissait des canons de 100 millimètres de la ligne de démarcation conformément aux accords de Minsk 2 du 12 février.

'Nous n'avons presque pas remarqué de bombardements dans les régions de Lougansk, Debaltseve et Donetsk, mais en direction de Marioupol, notamment à Shyrokino, nous avons observé des tirs fréquents sur nos positions. Nous avons vu des tentatives d'assaut', affirme le porte-parole de l'opération anti-terroriste de l'armée ukrainienne.

Après la prise stratégique de Debaltseve, la semaine dernière, la conquête éventuelle de Marioupol serait une étape clé pour construire un pont terrestre entre la Russie et la Crimée sous autorité russe.

Les rebelles séparatistes affirment de leurs côtés qu'ils n'ont pas d'information sur le retrait des armes lourdes de la part des soldats ukrainiens. Ils disent également avoir entamé un retrait de leurs armes lourdes, mais l'OSCE n'était pas en mesure de le confirmer.

'Nous continuons à recevoir d'inquiétantes informations sur le renforcement des positions ukrainiennes le long de la ligne de front. La situation vers Marioupol reste elle aussi agitée près de Shyrokino, où nos positions étaient sous le feu au cours des dernières 24 heures', affirme le porte-parole de la République auto-proclamée de Donetsk.

Kiev a également annoncé qu'aucun de ses soldats n'avaient été tués pour le deuxième jour consécutif.

'Les accords de Minsk sont donc plus ou moins respectés, il est maintenant important de comprendre ce qui se passera au niveau politique, parce qu'il y a un risque élevé que les combats puissent reprendre. Et c'est ce que les gens d'ici pensent', explique notre envoyé spécial dans l'Est de l'Ukraine, Sergio Cantone.

Partager cette vidéo :

Publié le 26/02/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

21/09/2017