Vidéo associée: 

Grèce: syndicats et partis de gauche refusent une réouverture partielle de l’ERT

Corps: 

Quatrième jour de fermeture de l’ERT, la radio-télévision publique grecque, et quatrième jour de protestation. Pour les syndicats et les partis de gauche, pas question d’une réouverture partielle comme le propose le Premier ministre. Antonis Samaras a en effet suggéré une réouverture proviosire durant deux mois, avec des effectifs réduits. Et d’appeler ses partenaires de coalition à la responsabilité sur le sujet. Cette proposition a donc été rejetée par les socialistes du Pasok et par le Dimar, petit parti de la gauche démocratique.

“Ce que fait le gouvernement Samaras est inacceptable, comment Kostas Karpouzos, réalisateur à l’ERT. On n’a jamais vu ça ailleurs dans le monde. Mais les gens vont empêcher cela, ils ne vont pas permettre le lancement d’une nouvelle chaîne”.

A terme, le Premier ministre envisage une profonde restructuration de l’audiovisuel public, en coupant notamment dans les effectifs.

Mais pour l‘économiste Stavros Papayannis, le gouvernement risque de se heurter à une levée de bouclier de la population. “On a le sentiment, dit-il, que les autorités veulent céder les chaînes publiques, les fréquences de ces chaînes à des groupes privés. Ces médias privés seraient plus à même de servir les intérêts du gouvernement”.

Une réunion sur le sujet est prévue lundi soir entre le Premier ministre et les chefs des partis qui composent la coalition au pouvoir. En l’absence de solution, le gouvernement pourrait être obligé de démissionner, ce qui pourrait entraîner des législatives anticipées.

Partager cette vidéo :

Publié le 15/06/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité