Vidéo associée: 

Grèce : nouvelle proposition sur la table

Corps: 

Derrière les sourires crispés, la poursuite du bras de fer... Ce samedi, les ministres des Finances de la zone euro tenteront une dernière fois d'arracher un accord sur la Grèce. Les créanciers ont mis une nouvelle proposition sur la table. Environ 12 milliards d'euros qui seront débloqués en quatre fois si la Grèce obtempère. Une proposition que la chancelière allemande a qualifié de généreuse, mais le Premier ministre grec voit rouge :

' Les principes fondateurs de l'Union européenne étaient la démocratie, la solidarité, l'égalité et le respect mutuel, a déclaré Alexis Tsipras en quittant le sommet européen. Ces principes n'étaient pas fondés sur le chantage et les ultimatums. Et en particulier en cette période, personne n'a le droit de mettre en danger ces principes. '

Pour lui, Athènes est déjà allé très loin dans les concessions en acceptant notamment de nouvelles hausses d'impôt et le report de l'âge de la retraite. Et faute d'accord, le pays ne pourra pas honorer son remboursement au FMI mardi prochain. Interrogé sur les pressions exercées par les créanciers, le Président de la Commission européenne a balayé les critiques.

' Il n'y a pas eu d'ultimatum, et il est non-européen de faire croire aux Grecs que c'est un ultimatum. Nous ne dirigeons pas une affaire en annonçant des ultimatums, mais c'est anti-européen de ne pas écouter les autres, cela c'est anti-européen ', a martelé Jean-Claude Juncker.

L'hypothèse du défaut de paiement sera aussi au programme de l'Eurogroupe, qui évoquera un plan B pour en amortir les conséquences.

Les pays de la zone euro et le FMI sont sur la même ligne et demandent à la Grèce d'accepter les dernières propositions. Dans le même temps, les discussions techniques se poursuivent à Bruxelles et certains ministres d'évoquer une prolongation de l'Eurogroupe jusqu'à dimanche.

Partager cette vidéo :

Publié le 26/06/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages