Vidéo associée: 

France: perquisition au siège du Front national

Corps: 

Nouvelle perquisition au siège du Front national à Nanterre. Depuis le 15 décembre dernier, la justice française a ouvert une enquête concernant des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen. Marine le Pen aurait ainsi fait embaucher des collaborateurs sans travail effectif.
Parmi eux un certain Thierry Légier, garde du corps de la patronne du parti. Selon l'Office européen de lutte antifraude (Olaf), il aurait été salarié en tant qu'assistant parlementaire d'octobre à décembre 2011. Tout comme une proche de Mme le Pen à Nanterre, Catherine Griset, déclarée aussi en tant que collaboratrice parlementaire.
Sur son site internet le FN dénonce une opération médiatique orchestrée pour nuire à une Marine le Pen au plus haut dans les sondages. Dans une enquête Opinion Way, elle est donnée largement en tête au premier tour avec 27% des voix devant François Fillon et Emmanuel Macron. Vendredi, Mme Le Pen a démenti avoir reconnu l'emploi fictif de son garde du corps comme assistant parlementaire, contredisant un rapport de l'organisme antifraude de l'Union européenne. Cet organisme avait été saisi en janvier 2014 sur dénonciation anonyme.

En tout, le parlement européen demande le remboursement de près de 340 000 euros à Mme le Pen, sans
quoi il pourrait se rembourser directement via son indemnité parlementaire. Une décision que la présidente du FN a d'ores et déjà attaqué en justice.

Partager cette vidéo :

Publié le 21/02/2017