Vidéo associée: 

Femen, la révolution des femmes à seins nus

Corps: 

“Libérez Amina!”
Nous sommes devant le centre culturel islamique à Bruxelles en avril dernier. Comme à leur habitude, les Femen “attaquent” par surprise et choisissent soigneusement leur cible symbolique pour affirmer leur revendication, ici la libération d’Amina, la jeune tunisienne qui fait partie de leur mouvement.

A Kiev, Oleksandra Shevchenko, l’une des fondatrices de Femen, met en garde….

“Maintenant, notre cible principale c’est le Moyen Orient, et notre première action dans ces pays a été organisée par deux Françaises et une Allemande. Elles ont défendu hier notre activiste qui se trouve depuis deux semaines en prison. Je crois qu’Amina peux devenir le détonateur d’un Printemps arabe féminin.”

La place réservée aux femmes dans les pays ou règne la charia est devenue l’une des nouvelles cibles des Femen. Elles l’ont déjà montré à Londres lors des JO avec cette action contre la décision du CIO d’accepter la participation de femmes voilées dans les compétitions, ce qui est contraire à la Charte Olympique.

Elles ont le sens de la provocation: “In gay we trust” écrit sur leur dos nu… Ici c’est au Vatican qu’elles protestent contre l’opposition de l’Eglise catholique au mariage gay.

Car ce sont les religions en général que les Femen dénoncent comme étant des institutions misogynes, patriarcales, voire sexistes.

Souvent, c’est l’Eglise orthodoxe russe qui est leur cible, comme ici lors de la visite du Patriarche Kirill à Kiev en juin 2012.

La Russie est aussi un des terrains de leurs manifestations, comme ici dans le bureau de vote où Vladimir Poutine venait de voter lors des présidentielles qui lui ont permis de revenir au Kremlin pour la troisième fois. Les Femen denoncent une fraude électorale, et font de Poutine une de leurs bêtes noires.

Lors de la foire industrielle de Hanovre devant une Angela Merkel stupéfaite, elles sont intervenues en topless dénonçant le contrôle des ONG en Russie.

Car à présent les Femen s’attaquent aussi aux politiques à la main de fer. Et pour s’assurer la médiatisation, l’action doit être spectaculaire, voir théâtrale, comme ici ou elles caricaturent Alexander Lukashenko, l’homme fort du Belarus. Mais ailleurs également, comme en Italie, ou la cible de Femen n’est autre que Silvio Berlusconi.

Car le mouvement a élargi son rayon d’action aux pays d’Europe occidentale, ou au passage, il recrute de nouvelles activistes, comme nous l’explique Oleksandra Shevchenko: “On ne distribue pas de tracts dans la rue, nous agissons à travers les réseaux sociaux, les médias, et les femmes nous écrivent elles mêmes. Elles nous trouvent dans les réseaux sociaux, sur notre page facebook, et comme ça, elles peuvent nous rejoindre.”

Nées en 2008 de l’initiative de trois jeunes étudiantes ukrainiennes pour dénoncer la situation des femmes dans leur pays, notamment la prostitution, les Femen se sont faites remarquer par les médias internationaux lors de leurs actions coup de poing pendant l’Euro 2012.

Partager cette vidéo :

Publié le 30/05/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité