Vidéo associée: 

Publié le 02/12/2017

Federica Mogherini appelle à l'unité de la communauté internationale

Corps: 

Au deuxième jour du colloque Rome-MED qui a débuté ce jeudi à Rome, Federica Mogherini a accordé un entretien à Euronews. La cheffe de la diplomatie européenne s'est exprimée sur le rôle de l'Europe dans le dossier nord-coréen, et sur les relations entre Bruxelles et Washington.

"Je pense parfois à la boutade de Kissinger, lorsqu' il demandait le numéro de téléphone de l'Europe", explique Federica Mogherini, cheffe de la diplomatie européenne. "Maintenant, les Etats-Unis ont le numéro de téléphone de l'Europe, mais c'est à notre tour de demander parfois quel est le numéro de téléphone de Washington. Mais nous nous parlons très souvent, nous travaillons encore très bien ensemble sur de nombreux dossiers."

"Est-ce que vous parlez de la Corée du Nord ?", interroge Gardenia Trezzini, rédactrice en chef à Euronews. "Est-ce qu'il y a des échanges ? Quelle est votre position ? La diplomatie européenne s'est montrée timide, jusqu'à présent, sur la question nord coréenne".

"C'est tout le contraire", affirme Federica Mogherini. "Nous avons été les premiers à appliquer toutes les sanctions qui ont été décidées par l'ONU, nous avons été aussi les premiers à ajouter de notre propre initiative des éléments de pression économique sur Pyongyang, très rapidement et en coordination avec nos partenaires américains, et surtout avec ceux de la région. Nous coordonnons chaque pas de notre action avec Washington, Séoul, Tokyo mais aussi avec Pékin et Moscou. Seule l'unité de la communauté internationale et du Conseil de sécurité de l'ONU peut ouvrir une voie de négociation avec la Corée du Nord et cet effort conjoint doit inclure le travail, qui revient essentiellement à la Chine dans la situation actuelle, pour aboutir à l'ouverture d'un canal diplomatique qui est aujourd'hui inexistant."

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet