Vidéo associée: 

Face à la menace russe, l’OTAN fait front.

Corps: 

Des blindés de combat Stryker américains qui défilent avec l'armée estonienne le jour de l'anniversaire de l'indépendance de la République balte, tout un symbole alors que la menace de la Russie voisine plane sur les anciennes républiques soviétiques désormais ralliées à l'OTAN et à l'Union Européenne, l'Estonie donc mais aussi la Lettonie ou la Lituanie.

Depuis la crise ukrainienne et l'annexion de la Crimée il y a un an, les relations entre la Russie et les Occidentaux se sont fortement dégradées. Les pays de la région s'inquiètent des démonstrations de force de l'armée russe qui s'aventure de plus en plus près de leur espace aérien allant même parfois jusqu'à frôler celui du Royaume-Uni.

Les 28 membres de l'OTAN sont engagés par l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord sur la solidarité entre membres en cas d'attaque armée. Or, des pays neutres comme la Finlande, qui partage 1 300 km de frontière avec la Russie, commencent aussi a s'inquièter.

Ainsi, lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'OTAN, le premier ministre finlandais, Alexander Stubb, a reconnu que la possibilité d'intégrer l'Alliance était désormais une question qui pourrait se poser lors des prochaines élections nationales. Une option encore impensable il y a quelques mois. Aujourd'hui, plus de 60% des finlandais craignent pourtant une agression russe.

Début février, l'OTAN a décidé de renforcer son flanc oriental en créant une force de réaction rapide de 5 000 effectifs et 6 postes de commandement en Europe de l'Est.
En mer Noire, face à la Crimée, l'Alliance mène des exercices, là aussi en risposte a l'activité militaire russe dans la région.

Partager cette vidéo :

Publié le 12/03/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages