Vidéo associée: 

Erdogan accusé de jouer sur la peur pour remporter les élections

Corps: 

'Le meurtrier Erdogan rendra des comptes.' Ce slogan, ce sont des avocats qui l'ont entonné. Rassemblés dans le palais de justice d'Istanbul, ils laissent éclater leur colère à l'égard de l'homme fort de la Turquie. Et ils ne sont pas les seuls. À Ankara, des médecins ont aussi répondu à l'appel à la grève lancé par deux grands syndicats, et une manifestation a rassemblé des centaines de personnes. Deux jours après l'attentat le plus meurtrier de l'histoire du pays - qui a fait 97 morts et plus de 500 blessés - tous partagent le même scepticisme. Ils accusent le pouvoir de négligence, ou pire encore, d'être complice de la double-attaque qui a ensanglanté la capitale samedi.

À trois semaines des législatives, c'est une stratégie de la terreur qu'ils dénoncent. A leurs yeux, Recep Tayyip Erdogan fait monter la peur pour reconquérir la majorité absolue en se présentant comme le seul garant de la sécurité. 'Ce ne sont pas les bombes mais votre silence qui nous tue', peut-on lire sur une des pancartes déposées sur le lieu de l'attentat, à la gare centrale d'Ankara.

Partager cette vidéo :

Publié le 13/10/2015