Vidéo associée: 

Publié le 19/12/2017

En 2017, quadruple ration de Saint-Jacques

Corps: 

On l'achète en coquille, ou en noix pour la déguster crue ou poêlée : la Saint-Jacques, met incontournable des fêtes de fin d'année, a envahi les étals des poissonniers français. Et 2017 est une grande année.

Sur le littoral breton, qui représente près de la moitié de la production française, les pêcheurs à la coquille se frottent les mains. La pêche s'annonce exceptionnelle en 2017 : près de 4 fois supérieure à la moyenne des dernières année, grâce à un vent faible et un eau chaude au printemps dernier.

"C'est la fierté des pêcheurs de pêcher une coquille devant chez eux. Les restaurateurs en font de beaux produits, c'est gagnant-gagnant, Kemen à Kemen comme on dit en Breton ", dit un pêcheur en déchargeant la pêche du jour sur le quai.

Un produit de luxe abordable : entre 4 et 8 euros le kilos, soit six coquilles, on peut se faire plaisir sans trop se ruiner. " Le client préfère la fraîche, à partir du mois d'octobre. très attendu pour le mois de décembre ", confirme un poissonnier.

Pour les "coquillards" bretons, la Saint-Jacques est très rentable. La demande comme le prix restent élevés. Pas question pour autant de reprendre la mer. La pêche, dans la baie de Saint-Brieuc, est limitée à 45 minutes par jour.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet