Vidéo associée: 

Éducation : la ministre va-t-elle revoir sa copie ?

Corps: 

Une " démolition ", selon François Bayrou, " navrant ", pour Luc Ferry, une école qui " ferait de l'élève un client ", d'après Régis Debray... Depuis sa présentation, la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem est sous le feu de la critique. Plus de 200 parlementaires de droite réclament le retrait de ce projet, dénonçant un " naufrage pour notre Nation ", dans une lettre adressée au chef de l'Etat.

En cause notamment, les EPI : les enseignements pratiques interdisciplinaires qui prendraient la place de cours " traditionnels " pour lutter contre l'ennui supposé des collégiens. Les options latin et grec seront ainsi remplacées par un EPI consacré aux langues et cultures de l'Antiquité.
Autre élément qui suscite une vive polémique : la suppression des classes bilangues et des sections européennes, accusées de favoriser l'élitisme. A l'inverse, une deuxième langue sera étudiée dès la 5ème, au lieu de la 4e, comme c'est le cas aujourd'hui.

En parallèle, la réforme des programmes, qui s'inspire des propositions du Conseil supérieur des programmes, fait également couler beaucoup d'encre. En histoire, certains sujets seront obligatoires, d'autres facultatifs. Par exemple, l'étude des Lumières devient facultative, tout comme celle des guerres de Religion. " Avec les nouveaux programmes d'histoire : Islam obligatoire, Lumières facultatives. Michel Houellebecq sourit dans son coin ... ", a réagi Michel Onfray sur Twitter.
Dans le JDD dimanche dernier, la ministre a défendu sa réforme avec fermeté : " Je continuerai d'écouter, de rassurer, d'expliquer... Mais cette réforme du collège doit s'appliquer à la rentrée 2016 ".
Depuis hier et jusqu'au 12 juin les enseignants sont invités à amender cette refonte des programmes. Des enseignants qui d'ailleurs ne cachent pas leur inquiétude : les syndicats appellent à manifester le 19 mai prochain pour tenter de faire reculer le gouvernement.

Pourquoi la réforme du collège et celle des programmes sont-elles si vivement critiquées ? L'école actuelle est-elle élitiste ? Comment améliorer le niveau des élèves français ?

Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde.

Invités :

Erwann Binet, député PS de l'Isère

Guy Geoffroy, député UMP de Seine-et-Marne

Michel Lussault, président du conseil supérieur des programmes

Alain Bentolila, professeur de linguistique à l'université de Paris-Descartes

Question JDD : Êtes-vous favorable à la suppression des classes bilangues ?

Partager cette vidéo :

Publié le 13/05/2015