Vidéo associée: 

Drame des migrants : les ONG appellent l’Europe à revoir sa politique

Corps: 

A mesure que les tragédies redoublent d'intensité en Méditerranée, les ONG et les organisations internationales intensifient leurs pressions sur l'Europe. Pour Vanessa Saenen, du Haut Commissariat pour les Réfugiés, l'Union européenne peut faire beaucoup plus.

' Si l'on regarde les chiffres au niveau mondial, 86% des réfugiés restent dans leur région d'origine et la plupart du temps, ce sont les régions les plus pauvres du monde comme l'Asie et l'Afrique, mais pas l'Europe. Dans le cas des réfugiés syriens, seulement 4 ou 5% d'entre eux atteignent l'Europe. Et des pays comme le Liban accueillent plus de réfugiés que l'ensemble de l'Union européenne ', explique-t-elle.

Au sein de l'Union européenne, le déséquilibre est aussi criant. Les pays les plus exposés comme l'Italie ou la Grèce appellent depuis longtemps leurs voisins du nord à prendre en charge une partie des migrants. Reste à voir si le nouveau projet de politique migratoire sur lequel travaille la Commission répondra à cet enjeu. Iverna McGowan d'Amnesty International en doute.

' Cet agenda sur la migration ne sera d'aucune utilité à moins qu'il réponde clairement au problème de la recherche et du sauvetage en Méditerranée, précise-t-elle. Ce que nous devons reconnaître, c'est que les politiques actuelles sont la création de ce que l'on nomme la forteresse Europe. Et la fermeture des frontières terrestres oblige les gens à choisir la mer. Il faut accroître les réinstallations de réfugiés et avoir une approche plus globale pour réformer la politique migratoire européenne. '

Parmi les migrants qui affluent en Italie, les mineurs non accompagnés sont aussi de plus en plus nombreux. Actuellement, 13.000 adolescents vivent dans des centres d'hébergement.

Partager cette vidéo :

Publié le 16/04/2015