Vidéo associée: 

David Cameron négocie son référendum sur une sortie de l’Union Européenne

Corps: 

Le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen recevait vendredi le Premier ministre britannique David Cameron. Il lui a apporté un soutien enthousiaste à la proposition européenne pour éviter la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit).

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a présenté mardi un compromis sur lequel le chef du gouvernement britannique espère obtenir un accord des 28. 'Adopter la proposition créera une meilleure Europe. Je n'interviens pas dans la politique britannique mais j'espère que la Grande-Bretagne restera au sein de l'Europe', a affirmé lors d'une conférence de presse M. Rasmussen, dont le gouvernement minoritaire de centre-droit est soutenu au Parlement par l'influente formation eurosceptique du parti populaire danois. 'Nous avons besoin de cet accord. Il apporte une bonne réponse à ce dont nous avons besoin et j'espère qu'il n'aura pas besoin d'être amendé. Certains points auront peut-être besoin d'être éclaircis mais nous n'avons pas besoin d'amendements', a-t-il ajouté.

Pour le chef du gouvernement danois, la proposition prévoit 'des éléments très utiles sur la définition des principes fondamentaux du système de sécurité sociale'. Bruxelles prévoit notamment de limiter pendant une période pouvant aller jusqu'à quatre ans les aides sociales aux travailleurs migrants intra-européens s'installant sur le sol britannique. 'Ces éléments seront utiles au Danemark ainsi qu'à d'autres pays', a-t-il insisté. Jusqu'à présent, la proposition de compromis a suscité le scepticisme de plusieurs capitales européennes. M. Cameron s'était rendu plus tôt dans la journée à Varsovie pour une visite éclair à l'issue de laquelle le chef du parti au pouvoir Jaroslaw Kaczynski a évoqué des progrès.

A Copenhague, le Premier ministre britannique a affirmé que 'l'Europe dans laquelle (il) croit doit être suffisamment flexible pour résoudre les problèmes des pays, qu'ils soient grands ou petits'. Les propositions de Bruxelles prévoient notamment un 'mécanisme' par lequel les neuf pays qui n'ont pas adopté l'euro peuvent faire part de leurs inquiétudes et recevoir 'les assurances nécessaires' sur les décisions des 19 autres États de l'UE qui utilisent la monnaie unique. Tout comme Londres, Copenhague a choisi de rester en dehors de la monnaie unique.

Si un accord intervient entre Londres et le reste de l'UE, le référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union promis par M. Cameron aux Britanniques pourrait se tenir en juin.

Partager cette vidéo :

Publié le 05/02/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI