Vidéo associée: 

Chypre : : l'économie avant la réunification

Corps: 

A Chypre, de nombreux jeunes veulent tourner la page des divisions intercommunautaires. Touchés par un fort chômage , ils sont davantage préoccupés par leur avenir que par les pourparlers visant à réunifier l'île méditerranéenne. Un constat qui s'accompagne d'un net sentiment de défiance vis-à-vis de la classe politique. Résultat, ils seront nombreux dimanche à boycotter le second tour de la présidentielle.

"La solution que j'espère, c'est que le conquérant turc et les Chypriotes turcs restent explique Iraklis . A partir de ce moment, les Chypriotes turcs devraient prendre ce qui leur appartient en ce qui concerne les propriétés et la terre. Mais malheureusement, nous avons des politiciens qui construisent des carrières politiques sur le différend chypriote."

Qu'en sera-t-il des négociations ? L'analyste politique George Kaskanis n'est pas très optimiste mais il affirme cependant que les deux candidats soutiennent l'idée d'une reprise des discussions. Ce sera moins évident côté turc : "Je ne vois pas de forte dynamique après les élections. Cela dépendra aussi beaucoup de la façon dont les choses se passent en Turquie. N'oublions pas que nous sommes en période électorale et le président Erdogan veut probablement s'allier les parties les plus extrêmes, donc il ne fera rien sur la question de Chypre."

Le débat politique a été alimenté quelques jours avant le second tour de l'élection présidentielle par l'intervention du dirigeant chypriote turc. Mustafa Akinci, a déclaré que la carte de la partie chypriote turque concernant les territoires contestés n'était plus sur la table. Cela signifie que même si les négociations reprennent après les élections, il sera très difficile de partir du même point.

avec notre bureau à Athènes et l'AFP

Partager cette vidéo :

Publié le 02/02/2018
Publicité

Contenus sponsorisés