Vidéo associée: 

Candidats à la primaire : trois hommes, trois stratégies

Corps: 

Alain Juppé, le rassembleur. C'est le candidat qui séduit le plus les sympathisants de la droite et du centre. 40% d'entre eux souhaitent qu'ils remporte la primaire contre 35% pour Nicolas Sarkozy. Pour cette rentrée, Alain Juppé continue l'opération séduction avec la sortie d'un livre consacré à l'éducation. Son point faible : son image auprès de certains militants qui refusent une alliance avec le Modem de François Bayrou. Lors des dix derniers mois, il a été hué trois fois par les militants du parti.

François Fillon, le pragmatique. "Faire ce sera notre différence, notre marque," a-t-il insisté le 26 août en présentant son ébauche de projet présidentiel. C'est le point fort de François Fillon : il a déjà un programme, sauf que les médias en parlent peu.
C'est son point faible : l'absence médiatique face aux autres ténors de la droite. Ses soutiens lui demande désormais de fendre l'armure.

Nicolas Sarkozy, le Président. En cette rentrée, il ne parle pas de la primaire car il sait que son parti doit avant tout remporter les élections régionales. Ce n'est qu'en janvier qu'il pourra se lancer dans la campagne, en s'appuyant sur son point fort : les militants des Républicains. Il est d'ailleurs largement en tête dans les intentions de vote des adhérents du parti. Le point faible de Nicolas Sarkozy, ce sont les affaires judiciaires. Sept dossiers reliés de près ou de loin à l'ancien chef de l'État sont en cours d'instruction, comme l'affaire des sondages de l'Élysée, le supposé financement libyen de la campagne de 2007 ou l'affaire Karachi. Autant d'obstacles pour Nicolas Sarkozy avant l'élection du candidat de la droite et du centre en novembre 2016.

Thibaud Le Floch

>> Suivez l'université d'été des Républicains à La Baule samedi 5 septembre à partir de 15 heures

Partager cette vidéo :

Publié le 04/09/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI