Vidéo associée: 

Publié le 06/03/2018

Calais : l'Etat français reprend la distribution des repas aux migrants

Corps: 

Un bus installé dans une zone industrielle de Calais, et les repas des migrants pris en charge par l'État français. Depuis mardi matin, des membres de l'association La Vie Active, mandatée par le gouvernement, assurent la distribution.

Le président de la République avait promis de reprendre la main.

Mais pour cette première journée, seuls deux migrants sont venus prendre un petit-déjeuner, sans doute apeurés par la présence des caméras et des forces de police qui sont de retour pour assurer la sécurité.

" Il faut le temps qu'on finalise l'information, il faut qu'on change des habitudes ou qu'on redonne d'autres habitudes. Il y a bien sûr un temps d'adaptation mais en tout cas l'État a honoré sa parole " affirme Michel Tournaire, sous-préfet de Calais.

Deux distributions quotidiennes sont prévues : un petit-déjeuner et un repas chaud entre 15H00 et 18H00.

Pour les associations qui assuraient jusqu'ici la distribution, ce dispositif est "une bonne nouvelle", un retour à la normalité même si certaines restent critiques.

" C'est une décision sage, après, ce que je dit avec un peu d'ironie, peut-être qu'un ministre ou un directeur de cabinet a ouvert un tiroir, et a vu que cela s'est fait il y a 20 ans à Sangatte. Avec la politique, ce sont des éternels recommencements et malheureusement, c'est la politique d'un pas en avant, cinq pas en arrière. C'est beaucoup de temps perdu et beaucoup d'irrespect par rapport à la dignité humaine " précise Jean-Claude Lenoir, président de l'association Salam Nord/Pas-de-Calais.

Il n'y a plus désormais que deux points de distribution contre 4 auparavant et ils sont situés à 4 km du centre de Calais.

Et les repas sont prévus pour 350 personnes.

Selon la préfecture, près de 350 migrants vivent dans la région dans l'espoir de rejoindre la Grande-Bretagne. D'après les associations, ils sont entre 500 et 600.

avec AFP et Reuters

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet