Vidéo associée: 

Brésil : la baisse des tarifs des transports n’a pas suffi à calmer la grogne

Corps: 

Les manifestations se poursuivent au Brésil, malgré la décision de plusieurs municipalités d’abandonner la hausse des tarifs des transports, qui avait déclenché la grogne. Hier soir, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l’ordre à Niteroi, de l’autre côté de la baie de Rio. Des protestataires ont tenté de bloquer
le pont qui relie les deux rives, avant d‘être violemment délogés par la police.

Face à la pression populaire, le maire de Rio, Edouardo Paes, a accepté, à son tour, de baisser les prix des tickets de bus, mais déplore les conséquences d’une telle décision. ‘‘C’est un manque à gagner de 90 millions de dollars, que nous aurions pu investir dans des secteurs importants de la ville. Il va donc falloir faire des choix et définir les priorités’‘, dit-il.

D’autres rassemblements plus calmes ont eu lieu à Belo Horizonte ou Brasília. Les manifestants dénoncent les investissements massifs réalisés pour le Mondial de football, alors que le secteur public souffre d’un manque criant de moyens.

‘‘Les gens se sont réveillés. La hausse des tarifs des tickets de bus a été l‘étincelle. Aujourd’hui, on se bat pour de meilleurs services de santé, une meilleure éducation, pour plus de sécurité. Nous sommes fatigués, c’est le temps de la lutte. On en a assez de l’injustice’‘, clame un Brésilien.

‘‘Je veux une bonne éducation, de bons hôpitaux, et non pas un stade de foot’‘, demande une jeune femme.

Les pancartes de protestation ont même envahi les stades de football, qui accueillent actuellement la Coupe des Confédérations. Des violentes échauffourées ont eu lieu à Fortaleza, en marge du match entre la Seleçao et le Mexique.

Partager cette vidéo :

Publié le 20/06/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité