Vidéo associée: 

Birmanie : Kofi Annan au chevet des Rohingyas, les bouddhistes protestent

Corps: 

Un comité d'accueil houleux pour Kofi Annan à Sittwe dans l'ouest de la Birmanie. L'ancien secrétaire général de l'ONU est chargé par Aung San Suu Kyi de trouver une solution au sort de la minorité musulmane Rohingyas.

Hundreds protest in Myanmar over Suu Kyi's panel on Rohingya Muslims https://t.co/2m44nWu4Q0 pic.twitter.com/VLpUNRevja- Reuters Top News (@Reuters) September 6, 2016

#Humanrights violations against #Rohingya Muslims & other minorities in #Myanmar: https://t.co/V9CjuUPY9w pic.twitter.com/ttKUc34VwZ- UN Human Rights (@UNHumanRights) August 31, 2016

Ban Ki- moon says #Rohingya in front of DASSK and said They have right to self identity pic.twitter.com/z0IaVd3qdl- Tun Khin (@tunkhin80) August 30, 2016

Les bouddhistes nationalistes qui considèrent les Rohingyas comme une menace à leur identité, refusent qu'un étranger s'immisce dans les affaires locales.

'La République de Birmanie est un pays qui a sa propre souveraineté souligne Aung Than Wai, un manifestant du Parti national arakanais. Et en tant que tel, nous trouvons inacceptable que des étrangers fassent partie de cette commission.'

Kofi Annan, qui dirige cette commision, doit rencontrer des Rohingyas mardi après-midi. Ces derniers
sont présents en Birmanie depuis des décennies, mais restent considérés par les bouddhistes comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin.

'Pour construire l'avenir, les deux grandes communautés doivent aller au-delà des décennies de méfiance et trouver des façons d'embrasser les valeurs communes de justice et d'équité souligne Kofi Annan. En fin de compte, la population de l'État de Rakhine doit tracer son propre chemin. Nous sommes là pour vous aider. Nous sommes ici pour aider à fournir des idées et des conseils.'

Myanmar Gov says it named Kofi Annan+2 others to Rakhine Commission due to int'l pressure. FortifyRights #Rohingya https://t.co/2asvRHuYOY- Matthew Smith (matthewfsmith) August 29, 2016

Les Rohingyas sont près d'un million de personnes. Depuis des violences meurtrières en 2012, plusieurs dizaines de milliers d'entre eux n'ont pas pu retourner dans leurs villages et s'entassent dans des camps de fortune.
Privés de papiers d'identité, ils n'ont pas accès aux hôpitaux, aux écoles et au marché du travail.

220 thounsand #Rohingya people are still displaced, forced to live away from their homes in camps.#Myanmar pic.twitter.com/U0PaXfnWUI- Humanitarian Relief (@IHHen) September 1, 2016

avec AFP

Partager cette vidéo :

Publié le 06/09/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité