Vidéo associée: 

Berlin admet officiellement que les agresseurs du Nouvel An étaient étrangers

Corps: 

La polémique enfle en Allemagne après les agressions commises la nuit du Nouvel An à Cologne. La quasi-totalité des suspects des violences étaient d'origine étrangère, annoncent désormais les autorités, relançant le débat sur la généreuse politique d'asile de Berlin. 14 des 19 suspects identifiés à ce jour étaient originaires du Maroc et d'Algérie. Quatre ont été placés en détention provisoire pour les faits du Nouvel An.
Au total, près d'un millier d'hommes d'origine arabe et d'Afrique du Nord se sont rassemblés la nuit de la Saint-Sylvestre devant la gare de Cologne.

Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maiziere a rappelé les limites, pour tous, à ne pas franchir :'Lorsque les demandeurs d'asile sont insultés et traités de 'bétail', quand on incendie les abris des réfugiés, quand les politiciens en charge de ce pays sont appelés des abolitionnistes de l'Allemagne ou étiquetés comme des traîtres, lorsque les médias sont traités de menteurs ou quand les demandeurs d'asile traitent les
femmes de 'putain' dans la rue, tout cela est absolument inacceptable'.

Il reste de nombreuses zones d'ombre : comment les agressions ont-elles pu prendre cette ampleur sans que la police n'intervienne? L'identité des auteurs a-t-elle été cachée ?

'Y a-t-il eu une instruction du ministère de l'Intérieur à la police, pour ne pas mentionner les origines ethniques notamment, s'interroge Armin Laschet, le chef de la CDU en Rhénanie du Nord-Westphalie. Si tel a été le cas, alors cela est socialement et politiquement vraiment dangereux.'

Plus de 500 plaintes, souvent sexuelles, ont été enregistrées après le Nouvel An. Ce dimanche soir plusieurs étrangers ont subi en représaille des agressions, organisées sur les réseaux sociaux par l'extrême-droite.

Partager cette vidéo :

Publié le 12/01/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI