Vidéo associée: 

Publié le 21/08/2017

Attaques de Barcelone : Younès Abouyaaqoub a été abattu

Corps: 

Le conducteur de la camionnette blanche qui a fauché 13 personnes à Barcelone jeudi, Younès Abouyaaqoub, a été abattu par la police catalane ce lundi. Il était en fuite depuis son attaque meurtrière et recherché par toutes les polices d'Europe. La police catalane a confirmé, lors d'une conférence de presse en début de soirée, qu'il était bien le conducteur de la camionnette.

Le Marocain de 22 ans a été tué à Subirats, à 50 km à l'ouest de Barcelone lors d'une opération de police qui avait commencé peu après 16h. Deux heures plus tard, la police a confirmé l'identité du suspect abattu mais continuait à quadriller la zone à la recherche d'éventuels complices. La zone était bouclée, la route, qui serpente entre les vignes barrée et la zone survolée par un hélicoptère. Une équipe de démineurs, secondée d'un robot de déminage, avait été dépêchée sur place car l'homme abattu portait ce qui semblait être une ceinture d'explosifs.

'Ici, il y a pas mal de maisons de travailleurs saisonniers abandonnées, c'est facile de se cacher', a confié Arnau Gomez, jeune habitant de 24 ans, qui vit à un kilomètre de là où l'homme a été abattu.

Younès Abouyaaqoub 'est dangereux et pourrait être armé', avait prévenu plus tôt la police catalane, qui a diffusé sur les réseaux sociaux quatre photos du Marocain de 22 ans d'environ 1,80 m et qui pourrait porter 'une barbe de trois ou quatre jours'. L'avis de recherche avait été diffusé à l'étranger.

La cellule terroriste démentelée

Lors de sa conférence de presse, le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero, a, par ailleurs, annoncé que l'imam Abdelbaki Es Satty, soupçonné d'être au coeur de la cellule jihadiste responsable des attentats de Barcelone, est bien mort dans l'explosion dans une maison d'Alcanar, maison d'où le groupe a préparé ses attaques. Elle a été détruite par une importe déflagration mercredi soir, moins de 24h avant les attaques.

'Ce soir, les douze noms que nous citons depuis le début de l'enquête, sont soit aux mains de la justice, soit on été tués suite à leurs actions' a poursuiv Josep Lluis Trapero. Il a ajouté que l'enquête sur le réseau de cette cellule est élargie à l'internationale et que les opérations ne sont donc pas terminées.

Avec AFP

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet