Vidéo associée: 

Assad dans le collimateur de la justice française

Corps: 

Au moment où le sort de Bachar al-Assad divise, la France ouvre une brèche qui pourrait être fatale au dirigeant syrien. On a appris ce mercredi qu'une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris pour crimes contre l'humanité. Dans les geôles syriennes, le régime aurait fait torturer des milliers de personnes soupçonnées d'être des opposants. Le dossier à charge, c'est celui d'un ancien photographe légiste ayant fui la Syrie répondant au pseudonyme de César. Il compte 55.000 photos de corps mutilés et décharnés.

' Dès que les premiers manifestants morts sont arrivés dans l'hôpital militaire, au bout d'un moment, les corps étaient de plus en plus nombreux et surtout il a découvert l'horreur, c'est-à-dire des gens qui avaient des marques de torture incroyables, des gens qui ne pesaient plus que trente ou quarante kilos. Donc il a vraiment vu que les gens mouraient de faim ou de torture dans les prisons ', raconte Garance Le Caisne, auteur du livre ' Opération César '.

C'est le ministère des Affaires étrangères qui avait en sa possession ce rapport et qui l'a transmis à la justice. Depuis New-York où il assistait à l'Assemblée générale des Nations Unies, Laurent Fabius a dénoncé une bureaucratie de l'horreur. Mais la France ne pourra aller jusqu'au bout de la procédure que si un Français ou un Franco-syrien se trouve parmi les victimes.

http://www.europe1.fr/faits-divers/crime-contre-lhumanite-en-syrie-ce-que-lon-sait-de-lenquete-francaise-2522243

Partager cette vidéo :

Publié le 01/10/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI