Vidéo associée: 

Alstom a-t-il un avenir européen avec Siemens ?

Corps: 

Les grandes manoeuvres autour du groupe industriel français Alstom se poursuivent : lundi matin, le Pdg de General Electric a été reçu par le président français François Hollande à l'Elysée : le projet de l'américain de racheter l'activité énergie d'Alstom, a poussé le gouvernement français à intervenir car il veut défendre les intérêts stratégiques nationaux et l'emploi dans l'hexagone.
Son entretien avec le président français, le Pdg de General Electric l'a qualifié de dialogue ouvert, amical et productif.
L'offre de General Electric a suscité celle du géant allemand Siemens sur Alstom et les dirigeants de Siemens seront également reçus lundi à l'Elysée.
Pour certains analystes et d'un point de vue industriel, l'option Siemens est moins intéressante.
'A travers GE on a une complémentarité, des différents produits de la gamme Alstom et de GE, à savoir les centrales à gaz et au charbon qui ont différentes puissances et qui au travers du mariage de ces deux entités trouveraient une gamme complète, explique Jean Crozat, Président de Montsegur Finances. Avec Siemens on se trouve en présence d'une societé qui produit un peu les mêmes produits. En plus c'est une société aussi européenne, sur un marché en Europe oú on ferme des centrales au gaz et au charbon'.
Berlin voit dans l'éventualité d'un rapprochement entre Siemens et Alstom 'une grande chance et un gros potentiel' pour la politique industrielle de la France et de l'Allemagne.
Il y a 10 ans, le gouvernement français s'était opposé à la volonté de l'industriel allemand de racheter Alstom alors en grande difficulté.

Partager cette vidéo :

Publié le 28/04/2014
Publicité

Contenus sponsorisés