Vidéo associée: 

Albert II de Belgique : portrait d’un roi populaire

Corps: 

Albert de Belgique naît le 6 juin 1934. Il est le fils de Leopold III et d’Astrid de Suède, qui disparaît l’année suivante dans un accident de voiture, plongeant le pays dans le deuil et la tristesse.

Son enfance sera aussi marquée par la guerre. Après la libération, la famille s’exile en Suisse et ne reviendra au pays qu’en 1950.

En 1959, il épouse Paola, une princesse italienne, qui lui donnera trois enfants : Philippe, Astrid et Laurent.

Une page se tourne en 1993 avec la mort de son frère, le roi Baudoin, après plus de 40 ans de règne. N’ayant pas eu d’enfants avec la reine Fabiola, se pose la question de sa succession. Son neveu Philippe est pressenti, mais il est jeune et inexpérimenté. Albert devient alors l’héritier naturel. Le 9 août 1993, il devient officiellement le sixième roi des Belges. Il a alors 59 ans.

Albert fait de l’entente entre les régions et les communautés sont cheval de bataille. Partisan d’une société multiculturelle, il dénonce régulièrement le racisme et la xénophobie. C’est un roi chaleureux, joyeux, en empathie avec le peuple. Il sera à ses côtés lorsque éclate, en 1996, la terrible affaire Dutroux. Albert reçoit les familles des victimes et tape du poing sur la table. “La reine et moi sommes convaincus que cette tragédie doit maintenant être l’occasion d’un sursaut moral et d’un changement profond dans notre pays. Cela suppose d’abord de la part de chaque autorité une attitude d’humilité et de remise en question”, déclare-t-il.

Aux yeux des Belges, il s’est véritablement imposé, ce jour-là, en tant que souverain, en tant que père d’une nation traumatisée.

Albert jouera également un rôle de premier plan lors de la crise politique qui secoue le pays à partir de 2007, et particulièrement entre 2010 et 2011, quand la Belgique fut privée de gouvernement pendant plus de 500 jours. Il s’impliquera sans relâche et avec fermeté pour trouver une issue à la crise. ‘‘Je ne serais donc pas fidèle à mon rôle si je ne rappelais pas solennellement les risques qu’une longue crise fait courir à tous les Belges et, si je n’exhortais pas, à nouveau, tous les hommes et toutes les femmes politiques à se montrer constructifs et à trouver rapidement une solution à nos problèmes.”

Le roi Albert s’est battu pour préserver la cohésion du pays, que tentera de maintenir son fils, le prince Philippe.

Partager cette vidéo :

Publié le 19/07/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité