Vidéo associée: 

Publié le 23/02/2018

Afrine : Erdogan contre-attaque

Corps: 

L'armée turque poursuit son offensive à Afrine, images satellite à l'appui. Elle a affirmé avoir frappé un convoi de véhicules transportant des armes et avoir abattu des combattants kurdes ainsi que des membres de l'Etat islamique. Dans cette enclave du nord-ouest de la Syrie, proche de la frontière turque, Ankara mène une offensive pour déloger la milice kurde des YPG, qu'elle considère comme terroriste.

Mais le régime syrien a envoyé des forces qui lui sont fidèles prêter main forte aux YPG, et c'est en héros que ces hommes ont été accueillis par la population locale.

Pour la Turquie, en tout cas, les YPG doivent quitter Afrine. Et les déclarations des Etats-Unis, qui soutiennent cette milice kurde et qui dénoncent la mort de civils dans les bombardements, ont suscité l'ire du président Erdogan.

"Le porte-parole du département de la Défense de ce pays a, sans la moindre honte et sans prévenir, affirmé que des civils mourraient à Afrine, que des gens ne pouvaient pas rentrer chez eux à cause des violences, a déclaré le président turc. Vous êtes sans coeur, immoraux, vous ne ressentez pas la moindre gêne pour le meurtre de centaines d'enfants, de femmes et de personnes âgées dans la Ghouta orientale chaque jour, et vous vous dites indignés par le combat que nous menons contre des terroristes et relayez de fausses informations !"

La Turquie, qui combat en interne la rébellion du Parti des travailleurs du Kurdistan, considère les YPG comme son extension syrienne et se dit menacée à sa frontière.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet